/news/society
Navigation

Commission Laurent: plus d'investissements en prévention réclamés pour les enfants vulnérables

Coup d'oeil sur cet article

La direction de la santé publique de l'Estrie a réclamé, mercredi, des investissements en prévention pour mieux protéger les enfants vulnérables.

Cette demande a été formulée mercredi dans le cadre de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, qui tenait sa deuxième journée d'audience à Sherbrooke.

Le directeur par intérim de la santé publique de l'Estrie, le Dr Alain Poirier, estime que 5 % du budget du ministère de la Santé devrait être alloué à la prévention. Or, ce taux n'atteint pas 2 % actuellement, a-t-il déploré.

De plus, le Dr Poirier a indiqué que moins d'une vingtaine d'agents de milieu œuvrent dans la région, un nombre qu'il estime nettement insuffisant.

Pour sa part, une intervenante qui a passé les 12 dernières années à la Direction de la protection de la Mauricie–Centre-du-Québec a étalé les lacunes qui plombent le système, selon elle. Elle a notamment évoqué le manque de formation des intervenants et leur détresse psychologique.

Des pédiatres du CIUSSS de l'Estrie ont, quant à eux, évoqué leur projet pilote de «pédiatrie sociale» pour donner un exemple de projets permettant de rejoindre les jeunes vulnérables.

Implanté dans six écoles, ce projet de pédiatrie scolaire a permis de rejoindre 150 jeunes et de réaliser environ 1000 interventions depuis 2012.

– Avec les informations d'Isabelle Dorais, TVA Nouvelles