/sports/soccer/impact
Navigation

Ligue des champions: l’Impact échappe la victoire

Deux buts accordés en deuxième demie

Coup d'oeil sur cet article

SAN JOSÉ | On ne donnait pas cher de la peau de l’Impact face au Deportivo Saprissa, mais au premier match de l’ère Thierry Henry, le Bleu-blanc-noir a pris tout le monde par surprise en prenant une avance de 2 à 0 pour finalement faire match nul 2 à 2 à l’Estadio Ricardo Saprissa mercredi soir. 

Les Montréalais se retrouvent sans une position convenable en vue du match retour de ce huitième de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF qui sera disputé au Stade olympique mercredi prochain. 

Et tout s’est passé rapidement avec des buts d’Orji Okwonkwo (12e minute) et de Romell Quioto (22e) en première demie. 

Mais le match pourrait être coûteux avec des blessures à Orji Okwonkwo, Rudy Camacho et Romell Quioto.

  • ÉCOUTEZ l'analyse de Nicolas A. Martineau sur QUB radio :

Pression  

Complètement étouffé par la pression adverse en seconde demie, l’Impact a pu compter sur le brillant travail de Clément, Diop qui a été magistral devant le filet bleu-blanc-noir. 

C’était une décision courageuse de la part de Henry de le titulariser considérant qu’Evan Bush avait été élu meilleur gardien lors du tournoi de la Ligue des champions en 2015. 

Diop a été brillant à plusieurs reprises en boxant de nombreux ballons, mais il n’a rien pu faire sur une tête bien dirigée de Johan Venegas à la 80e minute. 

Déjà en mode survie à ce moment, l’Impact a subi la fin du match et Jonathan Martinez a créé l’égalité à la 90e. 

Saisir les moments 

Mardi après-midi, Thierry Henry disait en conférence de presse qu’il fallait saisir les moments quand ils se présentaient et c’est en plein ce que ses hommes ont fait en marquant deux fois dans les 22 premières minutes. 

Après un début de match prudent, le Bleu-blanc-noir a commencé à tenter des coups en attaque. 

C’est une grossière erreur du défenseur central David Guzman qui a dégagé un ballon directement sur Romell Quioto qui a ouvert une première porte. Quioto a refilé la balle à Bojan, dont le tir a été bloqué, mais Orji Okwonkwo a sauté sur le retour pour inscrire le premier but du match à la 12e minute. 

Dix minutes plus tard, Quioto a remis en détalant sur le flanc gauche après avoir accepté une passe de Bojan. Il a battu son couvreur et décoché un bon tir dans la lucarne pour doubler l’avance montréalaise devant une foule hostile, mais médusée. 

Bon plan 

L’échantillon est encore bien petit, mais tout porte à croire que Thierry Henry a bien étudié son adversaire et a développé un plan de match qui a été suivi à la lettre. 

Henry a choisi de déployer un schéma à cinq défenseurs, histoire d’étouffer la puissante attaque costaricaine et, en effet, après une courte période d’ajustement, ses protégés ont fait du bon travail pour freiner la menace. La preuve, après 45 minutes de jeu, Saprissa n’avait cadré aucun tir. 

Henry a également choisi d’y aller avec un trident offensif composé de Quioto, Bojan et Okwonkwo, ce qu’il a testé lors de presque tous les matchs préparatoires. 

Il a également fait confiance au jeune Amar Sejdic en milieu de terrain puisque Saphir Taïder était confiné au banc en raison d’une blessure dont il n’est pas entièrement remis. 

Blessures 

Henry a toutefois eu à composer avec les blessures puisqu’il a perdu Rudy Camacho et Orji Okwonkwo avant la demi-heure de jeu. 

Le premier a quitté dès la 14e minute après un tacle musclé dans sa surface qui a fait bondir les partisans locaux, qui exigeaient un tir de pénalité. 

Appelé à le remplacer, Joel Waterman a vécu son baptême du feu et s’en est fort bien tiré. 

Okwonkwo est à son tour tombé au combat à la 28e minute et a été remplacé par Maxi Urruti, ce qui a un peu changé les plans de Henry, mais Urruti a su profiter de sa vitesse. 

Romell Quioto est lui aussi sorti sur blessure en seconde demie. 

+
Romell Quioto
Il avait de grands souliers à chausser en prenant l’aile de Nacho Piatti et il a été partie prenante des deux buts des siens en plus d’assurer une présence physique intéressante.
-
Samuel Piette
Il a connu un rare match difficile et semblait parfois dépassé par la vitesse autour de lui en plus de commettre quelques revirements, mais il a sauvé une situation en fin de match.
2
2
Montréal
Gardien :
Clément Diop.
Défenseurs :
Rudy Camacho (remplacé par Joel Waterman à la 17e), Rod Fanni, Jukka Raitala, Zachary Brault-Guillard.
Milieu :
Amar Sejdic, Samuel Piette, Jorge Corrales.
Attaquant :
Orji Okwonkwo (remplacé par Maximiliano Urruti à la 28e), Bojan, Romell Quioto (remplacé par Ballou Tabla à la 71e).
Saprissa
Gardien :
Aaron Cruz.
Défenseurs :
Yostin Salinas (remplacé par Michael Barrantes à la mi-temps), Aubrey David, David Guzmán (remplacé par Ariel Rodríguez à la 66e), Roy Miller.
Milieu :
Christian Bolaños, Mariano Torres, Marvin Angulo, Ricardo Blanco.
Attaquant :
Manfred Ugalde (remplacé par Jonathan Martínez à la 77e), Johan Venegas.
But
SAPRISSA : Johan Venegas (80e), Jonathan Martínez (90e) Montréal : Orji Okwonkwo (12e), Romell Quioto (22e)
Cartons
SAPRISSA : Mariano Torres (43e) Montréal : Jorge Corrales (85e)
 
TIRS
ARRÊTS
MTL
3
8
CHI
11
1
 
POSSESSION
FAUTES
MTL
28,7 %
9
CHI
71,3 %
7
 
HORS-JEUX
COINS
MTL
1
2
CHI
3
8
 
NOMBRE DE PASSES
NOMBRE DE PASSES RÉUSSIES (%)
MTL
245
65,0 %
CHI
589
87,0 %