/sports/baseball
Navigation

Rays de Tampa Bay: villes-sœurs: un modèle à suivre?

Le propriétaire des Rays de Tampa Bay, Stuart Sternberg
Photo d'archives, AFP Le propriétaire des Rays de Tampa Bay, Stuart Sternberg

Coup d'oeil sur cet article

Tourné vers le fameux projet de villes-sœurs impliquant Montréal, le propriétaire des Rays de Tampa Bay Stuart Sternberg respecte le scepticisme des partisans.

«Je comprends tout à fait, mais quand nous l’aurons fait, j’anticipe que les gens regarderont en arrière et diront : "Comment et pourquoi cela n’a-t-il pas été fait des années auparavant?", a lancé Sternberg, mercredi, lors d’un point de presse donné au camp d’entraînement des Rays. Je crois vraiment qu’à l’avenir, ce sera un modèle pour tous les sports professionnels.»

Définitivement, Sternberg et le Groupe Baseball Montréal semblent marcher main dans la main. Considérant les nombreuses étapes à franchir, le propriétaire des Rays a bel et bien mentionné, samedi dernier, que Stephen Bronfman et ses partenaires allaient devoir patienter encore un peu avant de devenir actionnaires minoritaires.

«Éventuellement, à un certain moment, je m’attends et je crois qu’ils pourraient devenir des partenaires minoritaires», avait-il néanmoins indiqué.

Le plan est en place. Tranquillement, on convainc le baseball majeur et les hommes d’affaires à Montréal de même que dans la grande région de Tampa. Puis, on vend l’idée aux partisans.

Promotions innovatrices

En attendant un avancement majeur concernant le projet des villes-sœurs, les Rays se préparent pour leur prochaine saison au Tropicana Field, à St. Petersburg. L’équipe a d’ailleurs annoncé d’audacieuses promotions, mercredi.

Un laissez-passer pour la saison, qui en coûte 36$ par mois, permet ainsi à un amateur d’assister à autant de matchs qu’il le désire dans une section debout. Pour 99$, le «Rays Win Pack» permet de choisir quatre parties et si les Rays remportent ces quatre rencontres, le partisan peut revenir au stade jusqu’à ce que le club subisse une défaite. Sternberg a aussi parlé de billets à 12$ ou moins pour la moitié des matchs locaux.

«L’accessibilité ne sera pas un problème et ça ne devrait jamais l’être pour assister à un match de baseball, a résumé Sternberg. C’est déjà incroyablement abordable (chez les Rays). Ridiculement abordable.»