/finance/business
Navigation

Les fraudes financières ont coûté 100 M$ aux Canadiens en 2019

Le harponnage​ trône au sommet du palmarès des fraudes les plus coûteuses

hands holding a credit card and using smart phone for online shopping
Photo Adobe Stock Le harponnage consiste à recueillir des informations détaillées au sujet d’une victime ciblée avant de la contacter via un courriel personnalisé.

Coup d'oeil sur cet article

Les fraudes financières ont coûté près de 100 millions de dollars aux Canadiens en 2019. 

Mardi, le Centre antifraude du Canada (CAFC) a dressé son bilan pour la dernière année. L’organisme a enregistré 46 465 plaintes d’entreprises et de particuliers, et le butin des malfaiteurs s’élève à 96,2 millions $. 

C’est la fraude par harponnage qui a fait le plus de dégâts, d’un point de vue financier. Les fraudeurs prennent le temps de recueillir de l’information sur des victimes ciblées avant de les contacter avec des courriels personnalisés. 

Ce stratagème a rapporté 21,4 millions $ aux malfaiteurs. Des 830 signalements effectués au CAFC, 445 personnes se sont fait escroquer. 

La 2e fraude la plus coûteuse pour les Canadiens est le stratagème de rencontre. La facture a été de 18,3 M$. 

À titre de comparaison, du côté des États-Unis, cette technique pour soutirer de l’argent a rapporté 475 M$ l’an dernier, selon des données du FBI. 

Pour le spécialiste en cybersécurité Steve Waterhouse, il n’est pas surprenant de voir un si grand nombre de fraudes encore réussir. 

«Les campagnes des gouvernements ne sont pas efficaces. Elles ne rejoignent pas les bonnes personnes», avance-t-il, précisant que la fuite chez Desjardins a toutefois augmenté la vigilance chez certains citoyens. 

«En 2019, nous avons vu que l’hameçonnage est toujours présent. Ce sont des campagnes qui visent tout le monde», poursuit l’expert.    

Selon le CAFC, seulement 5 % des victimes de fraude font un signalement. 

Plus de risques 

M. Waterhouse estime que le nombre d’attaques et de victimes pourrait grimper au cours des prochaines années, entre autres en raison de la multiplication de l’utilisation des objectifs électroniques. 

En juillet 2019, une campagne de textos frauduleux a ciblé les membres du Mouvement Desjardins.  

Au cours des semaines suivantes, les fraudeurs ont également utilisé le dossier des trop-perçus par Hydro-Québec pour tenter de dérober des renseignements personnels aux citoyens. 

«Malheureusement, les fraudes sont encore là et elles sont en plein essor», déplore Claude Mathieu, professeur titulaire à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke, responsable du diplôme en lutte contre la criminalité financière. 

«Le stratagème de rencontre est dans le top depuis très longtemps, notamment en raison des réseaux sociaux», poursuit-il. 

En 2019, la «fraude du président» a aussi refait surface. Des employés d’entreprises dans le domaine de l’assurance et de la distribution d’assurance ont été ciblés par des malfaiteurs qui ont tenté d’effectuer des transferts de fonds. 


► Selon le CAFC, les Canadiens ont perdu 97 M$ en 2018 en raison de fraudes. 

10 fraudes financières coûteuses 

Remarque : Moins de 5 % des victimes de fraude feraient un signalement au CAFC.