/misc
Navigation

Après un débat acrimonieux, Bernie Sanders s’installe en tête

Après un débat acrimonieux, Bernie Sanders s’installe en tête
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Au débat démocrate de Las Vegas, tous les candidats se sont acharnés sur Michael Bloomberg, qui en sort passablement amoché alors que Bernie Sanders a été épargné et pourra consolider son avance en tête du peloton.  

L’événement attendu du débat d’hier soir entre les six principaux candidats à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de novembre était bien sûr l’entrée en scène de l’ex-maire de New York, l’homme d’affaires multimilliardaire Michael Bloomberg. Au cours des dernières semaines, Bloomberg a grimpé dans les sondages en injectant des centaines de millions de dollars de sa propre fortune (estimée à environ 60 milliards $) dans une campagne publicitaire intensive qui lui a permis de s’approcher de Joe Biden au deuxième rang des moyennes de sondages nationaux. Sa progression était à ce point rapide que plusieurs prédisaient qu’il pourrait devenir le candidat dominant de l’aile centriste du parti à la place de l’ex-vice-président Joe Biden, dont la cote a baissé considérablement depuis l’arrivée de Bloomberg dans la course. Un coup d’œil à la progression des sondages nationaux compilés par FiveThirtyEight suffit à constater cette progression de Bloomberg.  

Les perdants: Bloomberg., Klobuchar, Buttigieg  

Le débat de Las Vegas rend les choses plus difficiles pour Bloomberg, mais ne signifie pas nécessairement qu’il perd toutes ses chances de revenir. Il est toutefois clair que Bloomberg a été le grand perdant de ce débat. Il a notamment fait l’objet d’une salve de critiques de la part de la sénatrice Elizabeth Warren, qui lui reproche entre autres des épisodes de harcèlement et de propos déplacés contre des femmes dans son entreprise, qui ont donné lieu à des ententes de non-divulgation que Bloomberg refuse de rouvrir. Sa contre-performance vient miner un des principaux arguments qu’il avance en faveur de sa candidature, soit sa capacité d’affronter Donald Trump à l’automne. S’il s’avère incapable de débattre, comment pourra-t-il éviter de se faire manger tout rond par Donald Trump?   

Les autres perdants du débat ont été les deux candidats plus marginaux, Pete Buttigieg et Amy Klobuchar, qui auraient besoin d’une bonne poussée pour transformer leurs succès modestes de l’Iowa et du New Hampshire en chances réelles de se démarquer. Les quelques occasions où ils se sont échangé des répliques acides ne les ont pas vraiment aidés à marquer des points.   

Les gagnants: Sanders, Warren, Biden... et Trump  

Un des gagnants du débat a été Bernie Sanders. Il n’a pas gagné parce que sa propre performance était meilleure que d’habitude. Sanders est plutôt constant et prévisible dans ce genre de circonstances, martelant les thèmes qui lui ont permis de s’attirer un électorat fidèle à la gauche du parti démocrate. Il a surtout gagné parce qu’il a été épargné par les autres participants qui concentraient leurs attaques sur Bloomberg.   

À chaque semaine qui passe où l’aile centriste du partie est atomisée entre plusieurs candidats, Sanders gagne en consolidant sa pluralité, même si ses chances de remporter une majorité demeurent limitées. Sanders en est conscient. Lorsqu’on a posé la question à tous les candidats si la convention de juillet devrait nécessairement choisir le candidat qui reçoit le plus de délégués, il a été le seul à favoriser cette option. Les cinq autres sont plutôt d’avis qu’il faudra suivre la procédure qui permet l’élection d’un candidat qui pourrait revenir de l’arrière et rassembler une majorité de délégués dans une convention contestée.   

Pour ce qui est de la performance au débat, la grande gagnante a sans conteste été Elizabeth Warren, qui a fait flèche de tout bois en attaquant Bloomberg, sans ménager Sanders et les autres. La cote de Warren est plutôt à la baisse dans les sondages et ses récoltes de votes en Iowa et surtout au New Hampshire ont été très décevantes. Pourtant, elle a clairement démontré qu’elle maîtrise ses dossiers et qu’elle serait prête à débattre avec Donald Trump.  

Joe Biden devrait aussi bénéficier de ce débat dans la mesure où il pourrait lui permettre de stopper ou d’inverser la chute de ses appuis aux mains de Bloomberg. Surtout, Biden devient l’alternative naturelle pour les partisans des candidats mineurs qui devront vraisemblablement abandonner la course suite au super mardi ou même avant. Biden pourrait fort bien redevenir le favori de cette course si les électeurs du Nevada et surtout de la Caroline du Sud lui donnent une victoire ou une solide deuxième place. Par la suite, son succès dépendra avant tout du retrait des autres candidats qui divisent le vote modéré à l’avantage de Sanders.  

Finalement, il est clair que l’un des grands gagnants du débat de Las Vegas a été Donald Trump. À chaque fois que les électeurs sont exposés au spectacle d’une foire d’empoigne qui expose les divisions du Parti démocrate, le président le plus impopulaire de l’histoire récente des États-Unis devient moins intolérable. De plus, même si les sondages hypothétiques récents placent Bernie Sanders devant Trump dans les intentions de vote, les stratèges républicains préfèrent de loin affronter un candidat qui se définit comme un socialiste que tout autre démocrate. Un débat qui confirme l’avance de Bernie Sanders dans la course démocrate est donc, à tort ou à raison, perçu comme une excellente nouvelle pour Donald Trump.  

Mon classement de la course   

  • 1. Bernie Sanders  
  • 2. Joe Biden  
  • 3. Michael Bloomberg et Elizabeth Warren  
  • 5. Pete Buttigieg  
  • 6. Amy Klobuchar