/news/health
Navigation

Enfin débarqués du Diamond Princess

Coronavirus Québécois
Photo courtoisie, Manon Trudel

Coup d'oeil sur cet article

Après une interminable quarantaine de plus de deux semaines dans une cabine fermée du paquebot «Diamond Princess», au Japon, deux Québécois ont enfin pu quitter le navire infecté. 

• À lire aussi: Décès de deux malades du coronavirus provenant du paquebot 

Manon Trudel et Julien Bergeron ne sont pour autant pas près de rentrer au pays. M. Bergeron a contracté le nouveau coronavirus à bord du bateau de croisière, comme au moins 47 Canadiens et 634 passagers. Il pourra revenir au Canada à condition d’être guéri. 

  • ÉCOUTEZ Stéphane Michaud, vice-président des Opérations internationales à la Croix-Rouge canadienne dans Le retour de Mario Dumont à QUB radio:

En attendant, lui et sa conjointe, qui n’est pas atteinte du COVID-19, sont en route vers un hôpital japonais pour qu’il reçoive des traitements. 

Équipé d’un masque et vêtu d’un coton ouaté des Canadiens de Montréal, M. Bergeron est en mesure de quitter le navire en se déplaçant sans aide, malgré la maladie. 

Mardi, il disait en entrevue à TVA Nouvelles avoir des symptômes s’apparentant à ceux de la grippe, comme de la fatigue et des frissons. 

La Croix-Rouge canadienne a annoncé jeudi qu’elle enverra quatre personnes pour venir en aide aux Canadiens qui seront soignés au Japon. 

«Le personnel de la Croix-Rouge aidera les Canadiens hospitalisés en leur offrant, dans les deux langues officielles, du soutien émotionnel et psychosocial, des renseignements importants, des références vers les services offerts par le gouvernement du Canada ainsi que des services de réunification des familles, au besoin», a affirmé l’organisme par communiqué. 

Deux morts 

Mercredi, 443 passagers déclarés sains ont débarqué du Diamond Princess, puis près de 250 jeudi. L'évacuation de tous les voyageurs devrait prendre au moins trois jours. 

Les autorités japonaises ont d’ailleurs annoncé jeudi que deux personnes qui ont contracté le virus à bord étaient mortes de la maladie. Il s’agit de deux octogénaires japonais. 

L'avion nolisé par le Canada pour ramener au pays ses ressortissants en santé qui se trouvaient dans ce navire qui contenait quelque 3700 croisiéristes et membres d’équipage ne décollera finalement pas de Tokyo avant vendredi matin, heure locale. À leur arrivée au pays, ces passagers devront passer subir une autre quarantaine. 

- Avec l'AFP