/sports/baseball
Navigation

Répéter ses exploits de 2019

Son ancien entraîneur au niveau AA est satisfait de la progression d’Abraham Toro

Camp Astros de Houston
Photo Mathieu Boulay Abraham Toro sait ce qu’il doit faire autant à la défensive qu’à l’offensive pour mériter sa place chez les Astros.

Coup d'oeil sur cet article

WEST PALM BEACH | Depuis le début de son camp d’entraînement, Abraham Toro a la chance de renouer avec son entraîneur Omar Lopez, qui l’a dirigé pendant quelques mois au niveau AA. Le Québécois pourra donc compter sur un allié au sein du groupe d’entraîneurs des Astros, alors que Lopez a été promu au poste d’entraîneur au premier coussin.   

Lopez pourra vanter les qualités de Toro à l’entraîneur-chef Dusty Baker. Bien sûr, il faudra que le joueur d’avant-champ livre des performances solides lors des matchs préparatoires pour lui fournir de bons arguments.   

Rencontré par Le Journal cette semaine, il ne veut pas s’avancer sur les chances du Québécois de percer la formation des Astros, surtout avec seulement 26 places disponibles selon la nouvelle réglementation.   

« C’est dur à dire si ça sera un désavantage pour Abraham, a souligné Omar Lopez. Pour le moment, je dirais que Dusty jongle encore avec les scénarios.   

« Tous nos joueurs sont en santé. Si Toro ne fait pas l’équipe, il sera possiblement le premier joueur du niveau AAA à être rappelé. Comme les autres joueurs réservistes qui ont fini la saison avec les Astros, il a contribué à sa manière aux succès de l’équipe. »  

Qu’est-ce que Toro devra faire pour éviter le couperet ? La réponse de Lopez est assez simple.   

« L’an dernier, on se souvient qu’il avait connu tout un camp. Cette année, il doit faire les mêmes choses pour se faire remarquer. Il doit sauter sur le terrain, avoir du plaisir et livrer la marchandise. Il doit travailler fort et laisser les résultats venir par eux-mêmes. »  

Le AAA, une option  

S’il est retranché par les Astros durant le camp d’entraînement, ça serait une déception pour Toro. Toutefois, s’il retourne au niveau AAA avec l’Express de Round Rock, il y aurait au moins un aspect positif.   

« Il n’y a aucun doute que ça serait bon pour son développement. Il pourrait jouer sur une base quotidienne au lieu de réchauffer le banc à Houston. À son âge (23 ans), il a encore plusieurs choses à améliorer. Ce serait bénéfique, selon moi.  

« Par contre, s’il demeure avec les Astros, sa préparation sera différente. Il devrait être prêt à sauter sur le terrain à tout moment. »  

Bonne capacité d’adaptation  

La saison dernière, Toro avait déjoué les pronostics en se faufilant jusqu’aux majeures après avoir amorcé la campagne au niveau AA avec les Hooks de Corpus Christi.   

S’il est parvenu à atteindre le plus haut niveau, c’est grâce à sa capacité d’adaptation, selon Lopez.   

« Lorsqu’il est arrivé, Abraham était bon, mais pas assez bon, a souligné l’entraîneur. Au bâton, il était battu par la balle rapide des lanceurs adverses à certains endroits de la zone des prises.   

« Lors d’une rencontre mensuelle avec les entraîneurs, on lui a fixé des objectifs au bâton afin de l’aider à se rendre jusqu’aux majeures. Il a adopté une approche différente à la plaque et il s’est mis à connaître du succès contre tous les types de lanceurs. »    

Pour demeurer à Houston, Toro est bien conscient qu’il devra être polyvalent. L’an dernier, à Corpus Christi, il a joué au troisième but, mais aussi au premier et deuxième coussin.   

« Notre objectif est toujours de trouver la bonne chaise pour chaque joueur afin qu’il puisse aider les Astros d’une manière ou d’une autre. C’est au cœur de notre programme de développement. »  

Dans le calepin...

  • L’entraîneur des Nationals et ancien joueur des Expos Bob Henley s’est donné en spectacle lors de la première journée du camp d’entraînement. Sous les yeux des propriétaires et du directeur général Mike Rizzo, il a livré un discours enflammé aux joueurs qui étaient à l’écoute. Au cours de cette mise en scène, un des entraîneurs des Nationals s’est lancé dans la piscine extérieure du complexe.
  • Même s’il a signé un faramineux contrat de sept ans et 245 millions de dollars américains au cours de la saison, le lanceur Stephen Strasburg n’était pas très souriant lorsqu’on l’a croisé dans le vestiaire des Nationals cette semaine. D’ailleurs, il n’a pas voulu s’adresser aux médias. L’argent ne change pas le monde, sauf que...
  • Le lanceur Zach Greinke doit rejoindre les Astros seulement vendredi. Il faut croire qu’il voulait éviter la tempête médiatique qui s’est abattue sur ses coéquipiers depuis qu’ils ont mis les pieds à West Palm Beach. 
  • Pour les amateurs de pool, le voltigeur Juan Soto est en grande forme. Toujours aussi souriant, le Dominicain de 21 ans n’a pas perdu son œil au bâton. Ça sent bon pour la saison 2020. L’an dernier, il a repoussé 34 balles de l’autre côté de la clôture.