/news/transports
Navigation

Nouveau blocage ferroviaire au Québec en guise de solidarité avec les Wet’suwet’en

Coup d'oeil sur cet article

L’ISLE-VERTE – Une vingtaine de manifestants bloquaient vendredi le trafic ferroviaire sur une voie ferrée du Canadien National (CN) à L’Isle-Verte, sur le territoire traditionnel malécite, en guise de solidarité avec la Première Nation Wet’suwet’en.  

• À lire aussi: Blocus ferroviaire: «Trêve de discours creux, du concret et des résultats», demande le maire de Saint-Augustin  

• À lire aussi: 15 mises à pied en raison du blocus à Listuguj en Gaspésie  

• À lire aussi: Blocus ferroviaires: «les barricades doivent tomber», dit Trudeau  

Un campement de soutien est érigé dans le parc Municipal Samuel-Côté, à l’intersection des rues Gagnon et d’Auteuil.  

«Tenter de contrôler la situation par la force ne fera que cultiver encore plus de colère et plus de blocages verront le jour. Tout ce que le gouvernement peut faire pour ne pas perdre davantage la face, c’est de suspendre le projet», a fait savoir Myriam, une militante présente sur les lieux.  

«Le gouvernement de la Colombie-Britannique a fait une grave erreur. Il ne s’est pas assuré d’avoir une entente avec les chefs héréditaires avant d’autoriser le projet de TransCanada», a ajouté une autre.  

«Il est plus que temps qu’il admette ses torts. Un dénouement responsable passe par l’adoption des quatre demandes des chefs héréditaires : que la province suspende les permis de Coastal GasLink, que UNDRIP et le consentement libre, préalable et éclairé soit respecté, que la GRC se retire, et que cesse l’utilisation de la force pour accéder au territoire Wet’suwet’en. Répondre à ces demandes est une obligation morale, politique et juridique», a-t-elle souligné.  

«Nous souhaitons un dénouement rapide. Le camp de soutien est installé de façon sécuritaire sur un terrain public, nous invitons les gens à venir discuter, de bonne foi, avec nous au tour du feu ».  

La Sûreté du Québec (SQ) a dit être «au fait de la situation».  

Ce blocage de rails s’ajoute à ceux de Listuguj, en Gaspésie, et de Kahnawake et de Saint-Lambert, sur la Rive-Sud de Montréal, ainsi qu’aux autres ailleurs au Canada comme celui de Tyendinaga, à l’est de Belleville, en Ontario.    

  • Avec la collaboration de Raphaël Brouillette