/news/politics
Navigation

Coronavirus: 219 personnes vont pouvoir rentrer chez elles

Coup d'oeil sur cet article

TRENTON, Ontario – Les autorités canadiennes ont annoncé vendredi la levée de la quarantaine pour les 219 personnes qui ont été rapatriées de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus en Chine. 

• À lire aussi: Coronavirus : inquiétude de l’OMS, l’Italie ferme des lieux publics dans une dizaine de ville 

Cette levée concerne les 180 personnes qui ont quitté Wuhan à bord du premier avion nolisé par Ottawa, ainsi que les 39 autres revenues au pays à bord d'un avion nolisé par les États-Unis.  

Les gens avaient dû être envoyés à la Base des Forces canadiennes (BFC) de Trenton, en Ontario.  

«Cette mesure visait à protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens, tant ceux qui revenaient de Chine que ceux qui étaient déjà au Canada», a souligné l'administratrice en chef de la santé publique, Theresa Tam.  

Par ailleurs, cette dernière a indiqué que pour ceux qui sont arrivés le 11 février à bord du deuxième avion nolisé par Ottawa, la quarantaine devrait prendre fin mardi prochain.  

Vendredi matin, le vol nolisé avec à son bord 129 passagers canadiens qui se trouvaient à bord du paquebot «Diamond Princess» a atterri à la base militaire de Trenton. Ils passeront les deux prochaines semaines en quarantaine à l'Institut de formation NAV Canada, à Cornwall, afin de vérifier qu’ils ne sont pas porteurs du nouveau coronavirus (COVID-19).  

Aucun des passagers n’a présenté de symptômes du COVID-19 à son arrivée, a-t-on précisé.  

«Le gouvernement est heureux d’avoir rapatrié plus de 500 Canadiens et membres de leur famille provenant de régions touchées par le nouveau coronavirus à l’étranger, y compris ceux qui ont été mis en quarantaine sur le navire de croisière Diamond Princess au Japon», a indiqué dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne.  

De son côté, sa collègue Patty Hajdu, ministre de la Santé, a réitéré que «le risque pour les Canadiens, y compris ceux qui vivent ou travaillent dans les collectivités près de Cornwall et les environs, reste faible».  

Les 256 Canadiens qui se trouvaient sur le paquebot «Diamond Princess», amarré au large de Yokohama, au Japon, ont vécu depuis deux semaines dans une quarantaine, souvent dans des conditions précaires.  

Parmi eux, 48 ont été testés positifs au COVID-19, ce qui les oblige à être traités dans un hôpital nippon avant de pouvoir rentrer au Canada.  

«Les autres Canadiens qui étaient à bord du navire et qui n’ont pas été testés positifs pour le COVID-19 ont refusé l’offre d’Affaires mondiales Canada d’être rapatriés au Canada», a fait savoir Ottawa.  

La Croix-Rouge canadienne a indiqué jeudi avoir envoyé quatre travailleurs humanitaires pour porter assistance à ces Canadiens hospitalisés.  

Au total, 634 passagers ont été infectés sur le paquebot, devenant ainsi le foyer d'éclosion le plus important en dehors de la Chine continentale.