/world/middleeast
Navigation

Afghanistan: près de 3500 civils tués par la guerre en 2019

Afghanistan: près de 3500 civils tués par la guerre en 2019
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Près de 3500 civils ont été tués et 7000 autres blessés à cause de la guerre en Afghanistan l’an dernier, ont annoncé les Nations Unies samedi, au premier jour d’une trêve partielle historique dans ce pays.  

• À lire aussi: Début d'une trêve historique 

Selon la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), 3404 civils ont été tués et 6989 blessés en 2019.  

Même si le chiffre global de victimes a reculé de 5% par rapport à 2018, c’est la sixième année d’affilée qu’il dépasse le seuil des 10 000, selon MANUA.  

«Presque tous les civils en Afghanistan ont été affectés personnellement d’une manière ou d’une autre par la violence en cours», a déclaré le représentant spécial de la mission, Tadamichi Yamamoto.   

«Il est impératif que toutes les parties saisissent cette opportunité d’arrêter les combats, car la paix n’a que trop tardé. Les vies humaines doivent être protégées et des efforts pour la paix sont engagés», a-t-il poursuivi.  

La baisse de cinq pour cent du nombre de victimes est attribuée à la diminution des activités de la branche locale du groupe État islamique dans l’est de l’Afghanistan, où elle a été en grande partie anéantie l’année dernière.  

La trêve graduelle est censée s’appliquer depuis samedi minuit (heure locale), pour une semaine, pour permettre la signature, le 29 février, d’un accord entre les États unis et les talibans qui pourrait mettre fin à la guerre.  

Cet accord ouvre la perspective d’un retrait des troupes américaines, qui y mènent depuis 2001 la plus longue guerre de leur histoire.  

Les États-Unis sont engagés dans des pourparlers avec les talibans depuis plus d’un an sur cet accord qui prévoit le retrait de troupes américaines en échange de garanties de sécurité des talibans et leur promesse de négocier avec le gouvernement de Kaboul.  

Le rapport de la MANUA relève une fluctuation importante du niveau de violence au cours de l’année 2019, coïncidant avec les hauts et les bas des négociations.