/opinion/blogs/columnists
Navigation

Blocus : 10 erreurs de Justin Trudeau

Blocus : 10 erreurs de Justin Trudeau
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Depuis les débuts du blocus ferroviaire, Justin Trudeau a commis des erreurs graves qui ont envenimé la situation. Ces erreurs sont des fautes de jugement. Elles montrent que Justin Trudeau n’a pas les capacités requises pour être premier ministre. Il est facile de gouverner quand tout va bien. Ce sont les crises qui révèlent les grands hommes. Justin Trudeau ne fait pas parti de cette catégorie. Il devrait démissionner ou être forcer à partir avant que la crise ne dégénère davantage.  

1) L’intervention du gouvernement arrive trop tard. Le blocage des chemins de fer n’aurait dû durer que quelques heures, c’est-à-dire prendre fin dès que des juges eurent émis une injonction contre ceux qui bloquaient les voies ferrées. À ce moment, Trudeau pouvait facilement demander aux premiers ministres des provinces d’envoyer la police ou demander à la GRC de faire respecter les injonctions. Plus maintenant.  

2) Trudeau aurait dû revenir de voyage beaucoup plus tôt. Dès que les barrages se sont multipliés et que la crise s’est étendue à l’ensemble du Canada. Son absence montre qu’il a tardé à comprendre que la crise menaçait sérieusement toute l’économie canadienne.  

3) Sur son propre territoire national, un gouvernement élu démocratiquement ne négocie pas directement avec des chefs autochtones qui ne sont pas élus. Il envoie des négociateurs professionnels et non pas des ministres.  

4) Justin Trudeau aurait dû dès le début énoncer un principe de droit simple reconnu dans toutes les démocraties du monde : nul ne peut se faire justice lui-même. Les autochtones en cause ne peuvent pas en même temps fonder leurs actions sur des jugements des tribunaux et rejeter l’autorité des tribunaux.  

5) Dans une démocratie, après débats et vote, la minorité accepte de se plier à la décision de la majorité. Dans le cas présent, la minorité est constituée de quelques chefs non élus et de quelques milliers de sympathisants. Les 36 millions de Canadiens restants sont représentés par les élus des provinces et d’Ottawa. Sauf preuve du contraire, aucun n’a soutenu le blocus des voies ferroviaires. Or, Justin Trudeau traite les Wetʼsuwetʼen comme s’ils formaient une majorité.  

6) Justin Trudeau a déclaré qu’il ne voulait pas envoyer l’armée. Il croit poser un geste habile en laissant les forces policières provinciales faire le sale boulot. Mais il envoie ainsi un double message : premièrement que si les autochtones résistent suffisamment aux forces de police, alors ils pourront rester sur les barricades (ce qui est une absurdité) et deuxièmement que le gouvernement fédéral manque à sa raison d’être première qui est d’assurer la sécurité et de protéger les biens de l’ensemble des Canadiens. Bref, si on suit jusqu’au bout la logique de Justin Trudeau, le gouvernement canadien est un pallier de gouvernement inutile.  

7) Justin Trudeau a sous-estimé la colère des Canadiens. Il a en particulier perdu l’appui de nombreux chefs d’entreprises.   

8) Toute l’attitude de Justin Trudeau dans cette crise projette l’image d’un premier ministre qui fait passer les intérêts d’un groupe minoritaire d’autochtones devant celui des Canadiens dans leur ensemble. Or ni Justin Trudeau, ni le Parti libéral du Canada n’ont été portés au pouvoir par cette minorité d’autochtones.  

9) Justin Trudeau a déploré le danger que le blocus brise son rêve de réconciliation avec les autochtones. Mais sa propre mollesse et sa propre inaction ont permis à la crise de s’envenimer. S’il avait voulu de manière machiavélique monter les Canadiens contre les autochtones, il n’aurait pas agit autrement.    

10) Justin Trudeau a laissé des considérations accessoires entrer dans le débat sur le blocus. Ce qui est en cause ici n’est pas la sagesse ou non de construire un pipeline sur des terres autochtones. Ce qui est en cause, est le moyen qui est utilisé par un groupe minoritaire pour faire valoir son point-de-vue. Paralyser volontairement l’ensemble de l’économie canadienne est assimilable à un geste terroriste.   

Il est souhaitable que Justin Trudeau se ressaisisse. Il faut souhaiter qu’il ait dans son jeu des cartes qu’il n’a pas encore montrées et qui mettront fin au blocus. Mais malheureusement, ceci semble douteux.  

Le caucus libéral devrait se questionner sérieusement sur le leadership de Justin Trudeau. Plus il tardera à le faire, plus la date d’élections anticipées se rapprochera.