/investigations
Navigation

Des enquêtes approfondies en balado

Sheldon Ludwick
Photo courtoisie, Rita Manaster Schick Le Montréalais Sheldon Ludwick est accusé d’avoir fraudé plusieurs femmes.

Coup d'oeil sur cet article

Le Casanova de Montréal, ça vous dit quelque chose ? C’est un personnage fascinant... et effrayant tout à la fois.  

Vous vous souvenez peut-être de Sheldon Ludwick pour avoir lu dans nos pages un reportage exhaustif de notre journaliste Brigitte Noël à son sujet, en septembre dernier. 

On y apprenait comment ce Montréalais charismatique aux yeux bleus perçants aurait multiplié les conquêtes amoureuses au fil des années avant de soutirer à ses victimes alléguées des dizaines de milliers de dollars. 

Les femmes qui se sont attachées à lui n’ont vu que du feu dans ses airs de philanthrope et d’homme repentant qui tentait de régler ses problèmes de jeu compulsif. 

Au fil des années, le Casanova de Montréal a été condamné à rembourser plus de 600 000 $ à d’ex-amantes, et il comparaîtra en avril pour faire face à des accusations criminelles de fraude, fabrication et usage de faux chèques. 

Mais croyez-moi, vous n’avez encore rien lu, ou plutôt rien entendu à propos de ce fraudeur présumé. 

Pour tous les goûts 

Au Bureau d’enquête, nous nous demandons fréquemment quelle est la meilleure façon de raconter une histoire.  

Souvent, c’est grâce à des reportages dans le journal que vous aimez lire tous les jours, ou dans les bulletins de nouvelles de TVA/LCN. Nous avons aussi publié plusieurs livres, dont l’un sur l’ex-maire corrompu de Laval, Gilles Vaillancourt, et un autre, PLQ inc., qui raconte l’enquête policière qui vise le Parti libéral du Québec. 

Dans le cas de Sheldon Ludwick, c’est en balado que nous avons trouvé la meilleure façon de présenter les résultats de presque un an d’enquête. 

Je vous invite donc à écouter les six épisodes du balado (ou podcast en anglais) Le Casanova de Montréal, fruit du travail de Brigitte Noël et de la réalisatrice Anne-Sophie Carpentier. 

 D’une trentaine de minutes chacun, ils sont diffusés depuis quelques semaines :  

Le premier épisode, intitulé La boîte de pandore, débute par la rencontre d’une ancienne partenaire d’affaires du Casanova de Montréal. 

Elle commence à avoir des doutes lorsqu’elle se rend compte que les 150 $ qu’elle a fournis à Sheldon pour qu’il les remette à une fondation caritative ne se sont jamais rendus à bon port... 

Intime 

Même si je connaissais l’histoire en détail pour avoir travaillé de près avec notre équipe au cours des derniers mois, j’avoue avoir été captivé par l’ambiance sonore intime de ce balado. 

Il faut dire que les victimes présumées auraient sûrement été plus réticentes à se confier si nous avions débarqué dans leur cuisine avec une caméra vidéo.  

« Je suis tombée amoureuse comme jamais dans ma vie. Jamais. Je me serais mariée avec lui. J’aurais tout fait pour lui. Et il m’a détruite », souffle à un moment Ruth, une des anciennes conquêtes du Casanova. 

Le Casanova de Montréal est le deuxième balado de notre Bureau d’enquête. Le premier, Narcos PQ, explore l’univers de trafiquants de drogue québécois. Il a d’ailleurs été désigné par Apple comme étant la meilleure série true crime francophone de 2019. 

Habituellement, je vous souhaiterais bonne lecture. Mais cette semaine, c’est bonne écoute ! 

Jean-Louis Fortin, directeur du Bureau d’enquête