/sports/opinion/columnists
Navigation

Kean assomme Martz

Un puissant crochet du gauche a envoyé son rival au pays des rêves

Simon Kean a été sans pitié pour Daniel Martz.
Photo DIDIER DEBUSSCHERE Simon Kean a été sans pitié pour Daniel Martz.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI |  « Je suis arrivé plus de bonne humeur pour mon combat. Et je me suis senti plus lousse rapidement. J’avais préparé des stratégies et des coups et même si j’ai manqué de précision, je suis très satisfait de cette victoire. »

Simon Kean pouvait se permettre de sourire. Il a assommé Daniel Martz d’un percutant crochet du gauche au troisième round dans un gala présenté au Colisée de Rimouski, hier soir.

Il avait déjà envoyé l’homme-montagne au tapis deux fois le round précédent.

 Kean avait pourtant de la pression sur les épaules. D’ailleurs, après le combat, il a présenté son nouvel entraîneur Denis Hince aux journalistes. Dans son esprit, Hince a sans doute fortement contribué à sa bonne humeur à Rimouski.

 On peut maintenant dire que le Grizzly a repris sa route vers les combats plus importants après sa défaite contre Dillon Carman.

 Les 3350 spectateurs ont bondi de leurs sièges en voyant Martz sur le dos.

 BAZYNIAN : UNE EXÉCUTION

 Pour sa part, Erik Bazinyan avait un bon adversaire devant lui. Le Finlandais Timo Laine avait 39 combats derrière la cravate. Bazinyan l’a préparé avec un jab en mitraillette qui a déstabilisé son adversaire et quand Marc Ramsay a donné le signal, Bazinyan a forcé l’arbitre Mike Griffin à mettre fin au combat au sixième round. « Je voulais ce genre de combat. Il était expérimenté et j’ai pu travailler pour progresser », a dit Bazinyan en descendant du ring.

 Marc Ramsay a tout résumé en une phrase, « Il n’a jamais solutionné le jab d’Erik. C’était comme le jab de Stéphane Ouellet », a-t-il dit.

CHABOT CHUTE ET GAGNE

Pour sa part, Thomas Chabot a commencé avec assurance son combat. Tout d’un coup, au tout premier round, une droite sortie de nulle part l’a pincé d’aplomb. Il est tombé sur le tapis et a roulé. 

« J’étais sur le tapis, j’entendais les “oh” de la foule et je me disais que c’était ça, se retrouver au tapis à la boxe », racontait-il après sa victoire.

 Parce qu’il a gagné, le jeune. Une minute après s’être relevé, un coup au plexus envoyait son adversaire au sol, le souffle coupé. Garcia se tordait de douleur.

 « Je suis content dans un sens que ce soit arrivé. Je sais maintenant que ça fait partie de la boxe de se retrouver au tapis. C’est pas que ça fait mal, t’es un peu étourdi. Mais j’ai bien vu que je récupérerais vite. J’ai jeté un coup d’œil dans mon coin et j’ai dit on y va », expliquait-il après sa victoire au premier round.

NURZAT VAINQUEUR

Nurzat Sabirov s’est battu en lever de rideau à cause de l’annulation du combat d’Artem Oganesyan. Nurzat a livré un bon combat contre Ricardo Adrian Luna Flores, un boxeur mexicain très expérimenté.

Les deux hommes n’ont jamais ralenti et Nurzat Sabirov a décroché une décision unanime très méritée. 

LEILA BEAUDOIN : VICTOIRE

 Leila Beaudoin a eu besoin des quatre rounds prévus pour battre Maria Esther del Angel Diaz. Leila n’a jamais été dans le trouble, mais elle a eu besoin de temps pour s’ajuster aux déplacements de Maria. 

DUGUAY : VIOLENT KO

 Mathieu Duguay faisait ses débuts dans la boxe professionnelle. Duguay est un joueur de la Ligue Senior AAA.  Armando Gutierrez s’est occupé de lui souhaiter la bienvenue dans la boxe. Duguay n’a pas à rougir. Mais la technique a fini par prévaloir et il a fini le combat vacillant sur ses jambes et complètement dans les vapes après avoir visité le plancher.

Il ne devrait pas jouer au hockey ce soir.

 MICHEL DÉÇU

 Flavio Michel de Montréal qui vit et se bat à Edmonton a perdu par décision majoritaire des juges contre Sébastien Roy. 

Un juge a vu le combat nul et c’est ce juge qui semblait le plus prêt de la réalité, « Je suis convaincu que je méritais une décision nulle. Mais j’espère obtenir un combat revanche », de dire Michel.