/weekend
Navigation

L’auteure à l’imagination débordante

Pascale Renaud-Hébert
Photo courtoisie, Eva-Maude TC Hope Town est la cinquième pièce écrite par l’auteure Pascale Renaud-Hébert.

Coup d'oeil sur cet article

Certaines auteures ne perdent pas de temps à se faire remarquer. C’est le cas de Pascale Renaud-Hébert, la jeune auteure qui amorce la trentaine en multipliant les projets. En plus de jouer sur scène et d’avoir écrit quatre pièces de théâtre, voilà qu’elle nous présente une nouvelle création sur l’authenticité et les liens familiaux, un sujet qui l’interpelle particulièrement.

Bien qu’elle soit des plus modestes en entrevue, la jeune auteure a déjà un cv à faire pâlir de jalousie plusieurs autres. À peine sortie du Conservatoire d’art dramatique en 2014, Pascale Renaud-Hébert voulait faire son chemin et en quelques mois, elle a cofondé sa compagnie de théâtre. « Lorsque je suis entrée à l’école, j’avais 23 ans et dans mon esprit je me trouvais vieille pour débuter dans le milieu », confie-t-elle. De là l’urgence d’agir. L’année suivante, déjà elle présentait sur la scène de Premier Acte Julie, pièce qu’elle avait coécrite et qui a été reprise à La Bordée à Québec l’année dernière. En plus d’exercer son métier de comédienne en cumulant les rôles sur scène, Pascale Renaud-Hébert poursuit son travail de dramaturge en solo avec ses créations Sauver des vies, Princesse et une nouvelle mouture d’Antigone.

Outre le théâtre qui est son champ de prédilection, elle s’est fait connaître en tant que coauteure pour la télévision avec la série à succès M’entends-tu? diffusée à Télé-Québec. 

Sa cinquième pièce, Hope town, qui a d’abord fait l’objet d’une lecture au Festival du Jamais Lu, avant d’être présentée à Québec à la Bordée l’automne dernier, sera présentée en première à Montréal à La Licorne dans les prochains jours.

Hope town est aussi une petite municipalité de la Gaspésie. « C’était important pour moi que la pièce soit campée en Gaspésie qui représente le bord de mer et la liberté », souligne-t-elle. 

Fuir sa famille

La pièce part d’un fait divers. L’auteure s’est fait raconter par une journaliste qu’un jeune homme porté disparu a appelé une station de télé qui diffusait sa photo pour demander que l’on cesse de le faire. « Je ne suis pas disparu, je suis parti et jamais je ne veux que ma famille me retrouve », avait-il déclaré.

« Ça m’a vraiment saisie, reconnaît l’auteure. J’ai toujours été préoccupée par les histoires de disparition. »

Sans connaître les détails, elle a utilisé cette anecdote pour créer son personnage principal, Olivier, 16 ans, originaire d’Abitibi qui a fui sa famille pour vivre à Hope Town en Gaspésie sans jamais donner de nouvelles. « Il est tellement malheureux qu’il décide de quitter sans donner d’explication, c’est pour moi tellement violent », ajoute-t-elle.

Ce n’est que cinq ans plus tard lors d’un voyage en Gaspésie que sa sœur Isabelle (interprétée par l’auteure elle-même) tombera nez à nez avec son frère dans un Subway de Hope Town, où il travaille. La rencontre fortuite fera l’objet de grandes discussions.

Amour et Indifférence

« La famille est une zone très sensible », fait remarquer Pascale Renaud-Hébert qui a fait beaucoup de travail de recherche sur les personnes disparues pour peaufiner sa pièce dont l’écriture s’est étendue sur deux ans. Il y a de l’amour, des liens solides, mais parfois de l’indifférence.

« C’est surtout dramatique pour les familles qui ne savent pas ce qui s’est passé et qui vont toujours se poser des questions sur leur enfant disparu, sans pouvoir faire leur deuil », fait remarquer la créatrice qui admet avoir un lien très fort avec sa famille.

L’auteure continue de mijoter des projets tant en écriture que comme comédienne. Elle travaille sur l’écriture de la troisième saison de M’entends-tu? avec Florence Longpré. Elle écrit également la deuxième saison de la série jeunesse Pour toujours, plus un jour et elle vient d’obtenir son financement pour écrire son premier long métrage.

Hope Town     

Auteure : Pascale Renaud-Hébert

Mise en scène : Marie-Hélène Gendreau  

Distribution : Olivier Arteau, Nancy Bernier, Jean-Michel Déry, Jean-Sébastien Ouellette et Pascale Renaud-Hébert

Du 25 février au 7 mars

Au Théâtre La Licorne