/opinion/columnists
Navigation

Le Québec et la crise ferroviaire

Coup d'oeil sur cet article

On ne le souligne pas assez, mais dans la présente crise ferroviaire, le Québec paie encore une fois le prix de son appartenance au Canada. 

Car cette crise née en Colombie-Britannique, fondamentalement, ne nous concerne pas, et nous y sommes entraînés malgré nous. 

Quoi qu’on en dise, le Canada anglais et le Québec n’ont pas le même rapport aux populations amérindiennes. 

Canada

Le premier s’est historiquement montré fidèle à l’approche anglo-saxonne : à travers le gouvernement fédéral, notamment, il a parqué les Autochtones dans des réserves en les condamnant à vivoter. 

Le Québec a privilégié un autre modèle, comme on vient de le voir avec la grande alliance nouée entre le gouvernement Legault et les Cris. Elle fait écho à la paix des Braves de Bernard Landry, à la reconnaissance des peuples autochtones par René Lévesque et à la Convention de la Baie-James de Robert Bourassa. On l’aura noté, ce sont des nationalistes de différentes tendances qui ont mené cette politique de réconciliation à la québécoise. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Cela n’empêche pas des gauchistes à tête de linotte d’accuser le Québec de néocolonialisme en cherchant à instrumentaliser la cause des Amérindiens de l’ouest du Canada à leur avantage. Eux aussi veulent jouer à la révolution et bloquer des trains ! 

Je ne peux m’empêcher toutefois de rire et de pleurer tout à la fois quand je vois des militants dénoncer le colonialisme au Québec et ânonner leurs slogans... en anglais ! Sont-ils conscients de leur sottise ? Savent-ils qu’ils reproduisent les codes du colonialisme canadien hostile au peuple québécois et au fait français ? Le combat québécois incarne en Amérique celui pour la diversité culturelle dans le monde. 

Mépris

Chose certaine, la présente crise ferroviaire nous rappelle ce que certains veulent oublier : le Canada est un pays étranger pour les Québécois. Et ce pays étranger est un handicap pour leur développement collectif.