/sports/hockey
Navigation

Les Red Wings déjà éliminés mathématiquement

Victoire des Red Wings 4-3 contre le Canadien de Montréal le 18 février 2020
Photo d'archives AFP Victoire des Red Wings 4-3 contre le Canadien de Montréal le 18 février 2020

Coup d'oeil sur cet article

En subissant leur 44e défaite de la saison, vendredi soir, les Red Wings de Detroit sont devenus le premier club officiellement exclu de la course aux séries éliminatoires. Et dire que le Canadien a perdu ses quatre duels contre cette formation en 2019-2020... 

Après seulement 63 matchs, les Wings subissent donc l’élimination la plus prématurée depuis les Sénateurs d’Ottawa, il y a 24 ans. En 1995-1996, à l’époque des Alexei Yashin, Radek Bonk et Alexandre Daigle, les Sénateurs avaient aussi été mathématiquement éliminés au terme de leur 63e rencontre de la saison. 

«C’est dommage d’être dans une position où vous êtes éliminés aussi tôt, mais ça fait partie d’une situation que l'on craint depuis longtemps, a commenté l’entraîneur-chef des Red Wings, Jeff Blashill, après la défaite de 4 à 1 subie contre les Islanders de New York. Je pense que nous savons que nous sommes hors de la course depuis un certain temps. 

«L’élimination d’une place pour les séries est une chose, mais ce qui me pique, c’est que nous n’avons pas eu suffisamment de gars qui étaient prêts à jouer en première période, a ajouté Blashill, cité sur le site web des Red Wings. Ma concentration depuis longtemps est de s’assurer que l’on pousse pour devenir meilleurs. Il y a un avenir meilleur ici, mais pour avoir un tel futur, il faut comprendre ce que ça prend soir après soir. Il faut être meilleur qu’on l’a été pour débuter le match.» 

Difficile au quotidien 

Certes, les Red Wings (15-44-4) peuvent se consoler en se disant qu’ils sont bien positionnés pour obtenir une bonne sélection au prochain repêchage. L’arrivée d’un joueur comme le Québécois Alexis Lafrenière pourrait évidemment aider la cause de l’équipe. Pour l’instant, au quotidien, ce n’est pas toujours rose. 

«Ça fait quelques années maintenant, ç’a été difficile, a avoué le vétéran Frans Nielsen, qui n’a pas participé aux séries avec les Wings depuis son arrivée avec l’équipe en 2016. Nous sommes tous ici parce que nous aimons la compétition. Nous adorons gagner. Ç’a été une longue année, mais je crois que nous essayons de prendre plaisir à jouer et rester ensemble pour venir travailler. Nous tentons de garder la tête haute, c’est tout ce que nous pouvons faire présentement. Mais tout n’a pas été plaisant à chaque jour.» 

Les Wings ont totalisé 15 victoires cette saison, dont quatre contre le Canadien. Ils ont surtout connu une séquence de 12 défaites, entre le 14 novembre et le 10 décembre. Il y a aussi eu huit défaites consécutives en octobre, puis neuf revers de suite entre le 12 janvier et le 3 février.