/misc
Navigation

L’obscurantisme l’aura moins facile

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Élevés et « éduqués » dans la foi juive hassidique la plus rigide, Yochonon Lowen et Clara Wasserstein ont décidé de traîner l’État devant les tribunaux. Celui-ci ne s’est pas assuré qu’ils reçoivent l’éducation à laquelle ils avaient droit, soutiennent-ils.

Les questions soulevées sont cruciales : bien sûr, les parents ont un droit de regard sur l’éducation. Mais l’enfant a le droit qu’on lui ouvre toutes les possibilités. L’État, enfin, doit garantir une éducation qui permettra au futur individu de « réaliser son plein potentiel » (cliché, mais vrai).

Trouver un juste équilibre entre ces principes est une tâche ardue.

Le cas Lowen et Wasserstein a forcé le gouvernement à se repositionner, avant même que le procès ne commence, dès qu’ils annoncèrent leur intention de poursuivre l’État, en 2014.

Vieux débat

À l’époque, depuis une décennie, des écoles religieuses juives et chrétiennes dites « illégales » (faisant fi du programme) se trouvaient dans l’actualité. Le ministre d’alors, Yves Bolduc, s’était montré catégorique : « On ne tolérera pas les écoles illégales. »

Une de ses prédécesseures, Michèle Courchesne, avait tenu le même discours. Lorsqu’elle avait sévi contre une école, le tribunal lui avait rétorqué que celle-ci profitait d’une sorte de droit acquis.

En 2014, les reportages et l’annonce de Lowen et Wasserstein changèrent la perspective. C’est l’État que l’on pointait du doigt. Et les effets délétères d’une éducation exclusivement religieuse étaient illustrés de troublante manière.

Dans les entrevues de 2014 (et encore plus au procès récemment), on prit la mesure de l’incapacité inouïe découlant d’une telle éducation axée sur les textes religieux et se foutant du reste : mathématiques, français, géographie, etc.

Excessivement tolérant pendant des décennies, l’État avait failli à sa tâche. Il fallait agir. Au lieu de se battre pour fermer les écoles rébarbatives, le ministre Sébastien Proulx opta pour la solution de l’école à la maison et fit adopter la loi 144 donnant au ministre des pouvoirs d’inspecter maisons privées et écoles clandestines.

À l’époque, plusieurs y avaient vu un progrès. Mais lorsqu’il précisa les choses dans les règlements, en avril 2018, Proulx édulcora son projet. D’ailleurs, Abraham Ekstein, membre d’une association juive d’enseignement à domicile, s’était dit « rassuré ». (Le même personnage a témoigné cette semaine dans le procès Lowen et a soutenu sans rire que l’éducation reçue par les plaignants les préparait « à toutes les carrières possibles ».)

En 2018, dans l’opposition, Jean-François Roberge avait dénoncé le règlement Proulx. Surtout l’absence d’obligation pour un enfant scolarisé à la maison de suivre des cours d’histoire, de sciences ou d’arts ; et les examens du ministère facultatifs.

Quelques mois plus tard, c’est lui qui s’asseyait dans la chaise du ministre. Une de ses premières décisions fut de resserrer le règlement en y ajoutant plusieurs obligations :

  • Les parents doivent transmettre les contenus jugés déterminants pour la réussite éducative ;
  • Rencontres de suivi en présence de l’enfant ;
  • Dès 2021, réussir les examens ministériels ;
  • Des inspections automatiques dès qu’une dénonciation est faite.

Cela empêchera-t-il d’autres cas du type Lowen et Wasserstein ? D’autres mesures sont sans doute nécessaires, mais c’est déjà un excellent pas de franchi.