/travel/destinations/autres
Navigation

Passeport de stars: la soif de voyage d’Alexandra Diaz

EVA 0222 PASSEPORT DE STARS
PHOTO 10
Photo courtoisie Alexandra Diaz

Coup d'oeil sur cet article

Les voyages sont aussi essentiels que l’oxygène, affirme Alexandra Diaz dont l’émission 99 Envies d’Évasion à Mexico est présentée sur la chaîne Évasion. La grande voyageuse aime autant visiter Dolbeau que la ville de Mexico ou encore Tokyo : « J’ai une immense envie de connaître d’autres cultures pour m’enrichir et mieux apprécier la nôtre », dit l’auteure, animatrice, journaliste et productrice. 

Dans la vallée des Fantômes des Monts-Valin, à moins 25 °C.
Photo courtoisie
Dans la vallée des Fantômes des Monts-Valin, à moins 25 °C.

Cette envie de découvrir le globe lui vient également de son enfance : « Grâce à ma mère, j’ai découvert la littérature étrangère. Ses petits plats chiliens m’ont bien sûr influencée, mais en plus, elle nous a abonnés à toutes les chaînes de télévision internationales. Nous étions “câblés” jusqu’à la planète Mars ! J’ai donc grandi en écoutant la télévision française, mais également la chilienne, la brésilienne et l’italienne. Notre appartement de Sainte-Foy était une véritable fenêtre sur le monde », dit celle qui a dû visiter pas moins d’une trentaine de pays, dont le Chili, son pays d’origine, à maintes reprises avec ses deux enfants. 

Avec 99 envies d’évasion à Mexico, vous avez pu redécouvrir la capitale du Mexique, quelles ont été vos impressions ?

En visite à Mexico.
Photo courtoisie
En visite à Mexico.

Les Québécois connaissent le Mexique pour ses plages, mais la ville de Mexico, au centre du pays, mérite vraiment qu’on s’y attarde. Elle a la même énergie que New York, mais en plus, elle jouit d’un printemps éternel ! Les spectacles présentés sont dignes de ceux de Broadway, sa gastronomie n’a rien à envier à celles des autres grandes métropoles et les amateurs de café troisième vague seront comblés ! L’immense parc Chapultepec n’est pas sans rappeler Central Park. Enfin, l’accueil de la population fait souvent la différence en voyage, et j’ai trouvé ses habitants particulièrement chaleureux et amicaux ! 

Il s’agit également d’une ville très moderne, n’est-ce pas ?

Les Nord-Américains ont parfois tendance à regarder un peu de haut les pays sud-américains, car ils sont beaucoup moins riches per capita, mais Mexico est une ville très moderne, je dirais même grandiose ! Tant par son architecture, ses musées contemporains, que par ses hôtels, ses bars et leurs designs uniques. C’est une ville vibrante, idéale pour faire la fête. Détail non négligeable, les rues sont propres et il n’y a aucun déchet par terre. 

En raison de toute sa période préhispanique et son passé colonial, elle possède un grand intérêt pour bien des visiteurs. L’espace d’un week-end, elle pourrait parfaitement séduire tant les familles et les amoureux que les passionnés d’histoire. 

Vous êtes née au Chili et avez déménagé au Québec à l’âge de trois ans.Vous y êtes retournée souvent. Il s’agit donc d’un pays que vous connaissez bien, que pouvez-vous nous en dire ?

Depuis octobre dernier, le pays est en crise, alors il est préférable de l’éviter pour le moment. Croisons-nous les doigts pour que la situation se règle rapidement et que l’équité que réclame le peuple arrive enfin ! Du fait de sa géographie, le Chili jouit de tous les climats, et offre une foule d’activités diverses. On peut skier dans la cordillère des Andes ou encore se baigner ou faire du surf à la mer. Les plages de la ville de La Serena me font penser à celles de Miami alors qu’au centre, à la hauteur de Santiago, la capitale, elles ont plutôt un petit air méditerranéen. Le désert d’Atacama que j’ai visité, l’un des plus arides au monde, est un autre de mes incontournables. Au sommet, apparaissent soudain devant nous de spectaculaires geysers d’où jaillissent de l’eau et de la vapeur d’eau, fascinant ! Enfin, le Chili possède des volcans et des glaciers impressionnants ! 

Qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas manquer au Chili ?

Assurément, le panorama saisissant de la cordillère des Andes, cette chaîne de montagnes de 4000 mètres d’altitude que j’ai eu la chance d’admirer du sommet, entourée des membres de ma famille.  

Quels ont été vos autres coups de cœur ?

Au jardin botanique de Rio de Janeiro avec son amie Josiane Roy Hétu.
Photo courtoisie
Au jardin botanique de Rio de Janeiro avec son amie Josiane Roy Hétu.

Rio de Janeiro, qui comme Mexico a l’énergie de New York, avec en prime la mer, et le style de vie qui en découle. Paraty (entre Rio de Janeiro et Sao Paulo), cette petite ville piétonnière, inscrite au patrimoine de l’UNESCO, m’a complètement enchantée. On peut s’y promener en toute tranquillité d’esprit, car il n’y a pas de voiture. Ses bateaux de pêcheurs la rendent très pittoresque et son volet historique ajoute à son charme. On peut aussi, si la curiosité nous pique, se promener dans la baie de Paraty pour admirer--- les résidences cossues des joueurs de soccer. 

Et que pouvez-vous nous dire des Brésiliens ?

Ils ont un rapport avec leur corps bien particulier qui m’a beaucoup inspirée et que j’ai trouvé magnifique. C’est un peuple qui se tient en forme. J’ai vu des femmes à la tête blanche et au visage marqué par les années faire de la course à pied. De plus, la culture de la danse est omniprésente. 

Tokyo est une ville que vous avez particulièrement aimée ?

Surtout pour la politesse des Japonais et l’infinie douceur qu’ils dégagent quand on les croise dans la rue. Ils ont cette façon de nous saluer en s’inclinant, que j’ai trouvée particulièrement aimable. On ne fera jamais assez l’éloge de la gentillesse, et elle est partout à Tokyo ! Certains sont d’avis qu’elle est un peu empruntée, mais de mon côté, au contraire, ça ne m’a pas du tout dérangée. Quel plaisir j’ai eu à prendre le métro sans recevoir des coups de sac dans le dos ! Au Japon, les gens font attention à leurs prochains ! Et que dire de ces cortèges humains déambulant dans les rues de façon organisée, sans que personne se bouscule ! Ça m’a littéralement fascinée ! Évidemment, leur gastronomie, leur design et leur mentalité m’ont beaucoup plu ! Un voyage qui nous sort complètement de notre quotidien. 

Vous avez également développé une grande affection pour la Thaïlande ?

J’aurai toujours un souvenir mélancolique et nostalgique de ce pays. J’y ai séjourné un mois lors de mon congé de maternité, après l’accouchement de ma fille, un pays où nous nous sommes sentis en tout temps en toute sécurité. L’accueil de la population à notre égard m’a complètement émue. Je me souviens de ces Thaïlandais qui prenaient mon bébé dans leur bras avec tellement de gentillesse que j’ai eu l’impression que le territoire tout entier était une immense pouponnière. Je garderai un profond sentiment de gratitude pour les gens de ce pays qui restera toujours très doux dans mon cœur ! 

Votre dernier livre, Fiesta Santé, paru aux Éditions de l’Homme, a aussi été influencé par tous vos voyages ?

Plusieurs des recettes sont inspirées de mes influences chiliennes, mais aussi de la culture catalane, car mon grand-père était catalan. Mon amour du Mexique se reflète également dans les plats que je propose, car à chacun de mes voyages là-bas, j’ai suivi des cours de cuisine mexicaine. 


► Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook.