/lifestyle/psycho
Navigation

Repenser toutes les habitudes de consommation

Éliane Gagnon
Photo courtoisie, Marie-Ève Rompre L'actrice et auteure, Éliane Gagnon.

Coup d'oeil sur cet article

Rappelant qu’il est possible de vivre sans consommer à l’excès, l’actrice Éliane Gagnon s’adresse à une large portion de la population dans son nouveau livre, La Sobriété. Pour elle, ce concept ne s’applique pas seulement à l’alcool et aux drogues, mais vise aussi les habitudes de vie, les comportements et la gestion des émotions face aux défis de la vie.

Éliane Gagnon est convaincue que la sobriété peut être accessible, cool et même « sexy » : il s’agit de s’ouvrir à une vie qui met de côté l’abus sous toutes ses formes. Elle en a fait une véritable quête.

« La sobriété au sens large du terme, c’est vraiment la gestion des émotions, des comportements excessifs ou compulsifs qui peuvent nous amener à faire des choix qui nous amènent vers la destruction plutôt que vers la construction d’une vie heureuse », note-t-elle, en entrevue.

Il y a un piège au détour : celui d’emplir le sentiment de vide, le « trou dans le cœur », par toutes sortes de moyens – drogue, alcool, sexe, jeu excessif, magasinage excessif, textos excessifs. « Tout ce qui est fait dans l’excès n’est pas la sobriété. C’est bien de se regarder aller et de savoir comment et pourquoi on consomme. »

Geler l’émotion

L’actrice explique dans son livre que les comportements de dépendance surviennent lorsqu’une personne a un vide à combler, par manque d’amour, manque de sécurité, manque d’estime de soi.

« Je pense qu’il y a beaucoup de monde, sur cette planète, qui ressent ce vide-là, mais peu de gens en parlent ouvertement. L’humain est humain : on a tous une part de souffrance et je pense que c’est facile de tomber dans l’excès, de vouloir se geler l’émotion. C’est plus facile de geler l’émotion que de la traverser. On vit dans une société de consommation, c’est clair que le réflexe premier, souvent, est d’aller vers les paradis artificiels. »

Son vécu

Éliane Gagnon parle en connaissance de cause. « J’ai arrêté alcool et drogues. Ça va faire quatre ans le 27 février. Je suis abstinente. C’est devenu une quête, une mission quasiment. J’ai fondé Soberlab, une plateforme qui fait la promotion de la sobriété. »

Le sujet la fascine. « Je trouve que la sobriété est très peu mise en lumière et qu’on en fait une mauvaise interprétation. Il y a un préjugé envers la sobriété et j’ai voulu le défaire. »

Elle propose de remplacer le mot privation par libération. « J’ai fumé pendant 15 ans et j’ai eu ce déclic. J’étais esclave de la cigarette et de l’alcool aussi, à un moment. Je voulais être libre de cette addiction et j’ai réussi à m’en sortir. »

Éliane Gagnon rappelle aux gens qui souhaitent s’engager sur la voie de la sobriété de voir d’abord l’impact de leur consommation et de leurs excès. « On ne parle pas juste d’alcool, mais des comportements. »

Les premiers pas

Par où commencer ? Elle suggère de faire des moments de répit, d’abstinence de ce qu’on veut arrêter ou changer. « Il faut vouloir améliorer sa santé, au sens large. Les abus, ça a un impact sur la santé physique, la santé mentale, la santé spirituelle. 

« Si la dépendance est dans le lot, il y a de bonnes chances qu’une aide professionnelle soit requise. Mais ça commence par admettre qu’on a un problème. Si quelqu’un n’admet pas qu’il a un problème de consommation, c’est impossible d’aller chercher les outils pour s’en sortir. Il y a moyen de ne pas se rendre là : c’est pour ça que j’ai fait ce livre. »

Extrait

<strong><em>La Sobriété</em></strong><br>Éliane Gagnon<br>Éditions Trécarré<br>120 pages.
Photo courtoisie
La Sobriété
Éliane Gagnon
Éditions Trécarré
120 pages.

« La grosseur du trou varie d'une personne à l'autre, mais il y a une chose qui ne diffère pas pour le dépendant qui vit au quotidien avec un trou au coeur : le manque d'amour, le manque d'estime personnelle et de sécurité. Ces éléments réunis forment un grand vide qu'on cherche à remplir à tout prix »

— Éliane Gagnon, La Sobriété, Éditions Trécarré


  • Éliane Gagnon est actrice. Elle s’est fait connaître dans l’émission Ramdam.
  • Elle a publié Carnets de fuite en 2019.
  • Un podcast est en préparation pour la plateforme numérique Soberlab, qui a pour but d’inspirer la sobriété à tous ceux qui le désirent.
  • Elle tient le premier rôle dans un film indépendant, Moment One, de Mark Morgenstern, qui sortira l’automne prochain.