/lifestyle/sexromance
Navigation

Sexualité et perte de poids

Woman measuring her weight using scales on floor
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Une vie sexuelle peut prendre de multiples couleurs et se décliner de bien des façons, mais une chose demeure : tout ne se passe pas toujours sans heurts. 

Effectivement, il y a parfois un décalage entre les souhaits et désirs de chacun et la réalité. Que ce soit en raison de l’expérience, du bagage familial, de l’état de santé, des valeurs ou de tout autre facteur, l’épanouissement érotique ne va pas nécessairement de soi ! Naturellement il existe certaines pistes pour améliorer, modifier ou ultimement changer... Or, certaines situations teintent les comportements et les ressentis. Une perte de poids, bénéfique pour la santé et le moral, peut également avoir des répercussions sur la sexualité... osons en parler !

Évolution personnelle

L’histoire de Chantal est celle d’une femme pour qui la lutte aux kilos est devenue un mode de vie. Les impacts de ses gains de poids, mais également de la perte massive de ceux-ci, ont laissé des traces. Elle a accepté de nous faire part de certains détails intimes.

« J’ai 39 ans et à mon plus pesant, je dépassais les 430 livres. Comme je ne suis pas tellement grande, c’était devenu un véritable enfer que de vivre dans ce corps-là. Mon mari, d’un poids normal, m’a connue alors que je pesais 180 livres. Je n’ai jamais été mince, j’ai toujours combattu les kilos depuis ma tendre enfance. Marc m’a dit dès le départ que mon poids ne le dérangeait nullement. Nous avions une belle intimité, j’aime le sexe et je crois que ça lui plaisait de me savoir bien dans ma peau. Je m’habillais sexy, j’osais faire des choses sexuellement avec lui que je n’avais jamais fait avec personne et il adorait. Moi aussi d’ailleurs. 

À l’été 2014, j’ai vécu un traumatisme. Je vous épargne les détails, mais ç’a été suffisant pour que je commence à manger mes émotions, mais surtout à engranger du poids, beaucoup de poids. On ne prend pas 250 livres en deux mois. 

J’ai pris ce poids en deux ans et demi. Incapable d’arrêter de manger et surtout incapable de reconnaître que j’avais un sérieux problème avec la nourriture. Nous sommes restés actifs sexuellement jusqu’à ce qu’un jour, il ne soit plus capable de rentrer son pénis parce qu’aucune position ne nous permettait une pénétration vaginale. J’étais dévastée. Mais ç’a suffit pour que je me prenne en main, il a été patient et j’ai fini par perdre beaucoup de poids et j’ai subi une chirurgie bariatrique. Mais nous n’avons pas plus de sexe. Je me sens mieux, je pèse maintenant 204 livres et je vise 185. 

Ce que je n’aime pas, c’est que toute cette peau est maintenant flasque et ça me dégoûte, je ne me ressemble plus. Je sais qu’il ne me désire plus, qu’il n’a plus envie et ça, c’est tellement dur. Je ne lui en veux pas, c’est moi seule qui me suis mise dans cette position-là, mais c’est difficile. 

Nous allons consulter un sexologue parce que nous n’arrivons pas à remonter la pente. Je n’ose plus me montrer et surtout je n’ai plus envie de m’habiller sexy. Il me dit que j’étais mieux grosse, qu’au moins nous avions du sexe. »

Chaque histoire

Puisque chaque histoire est différente, il est important de savoir que la perte de poids aura également une influence différente sur chacun. 

Que ce soit chez la personne qui perdra du poids ou auprès de son/sa partenaire. Il arrive malheureusement que ces considérations, pourtant si fondamentales, soient négligées lors du processus. Que seuls les effets positifs sur la vie érotique soient envisagés. 

Nul doute que la santé se porte mieux et c’est ce qui est fondamentalement majeur. Mais voici une liste de conseils afin que vous ne passiez pas sous silence votre vie sexuelle dans tout ce beau processus :

  1. Faites le point, maintenant, avant de perdre du poids : établissez une liste de vos qualités, de vos forces et de votre beauté (on ne note que du positif !) ;
  2. Placez par écrit ce qui est important pour vous sexuellement et demandez à votre partenaire d’en faire autant ;
  3. Notez les changements qui vous habitent tout au long du processus : vos humeurs, vos états d’âme, vos désirs, vos pensées et tout ce qui pourra avoir une influence sur votre sexualité ;
  4. Permettez-vous de faire un bilan régulièrement. Je vous suggère une mise au point, toute simple, une fois par mois. Simplement pour vous assurer que rien ne vous échappe et que vous pouvez vous ajuster au fur et à mesure, plutôt que de vous sentir submergé et totalement incapable de trouver des solutions ;
  5. Autant que faire se peut, conservez une sexualité active, saine et diversifiée afin que votre moral et votre corps soient continuellement en concordance !
  6. Encouragez-vous, félicitez-vous, vous êtes merveilleux, vous êtes merveilleuses !