/weekend
Navigation

Danielle Proulx dans un rôle sur mesure

Danielle Proulx
Photo courtoisie, Andréanne Gauthier

Coup d'oeil sur cet article

La comédienne, qui a démontré tout son savoir-faire en embrassant une multitude de rôles au cours de sa carrière, se retrouve face à un nouveau défi. Interpellée par la cause environnementale, voilà que Danielle Proulx chaussera un rôle à la hauteur de ses préoccupations.

L’actrice travaille beaucoup, tant au théâtre qu’à la télé. Par le biais de ses personnages, tantôt lumineux, parfois détestables ou bien amusants, l’actrice de 67 ans, qui a pris part à pas moins de 45 pièces de théâtre, a toujours su trouver les lieux pour déployer son talent. Pourtant, à l’écouter parler de la pièce Les enfants, qui prendra place prochainement chez Duceppe, où il est question d’environnement, on a l’impression, cette fois, que Danielle Proulx ne jouera pas, mais plutôt qu’elle livrera un message qui la préoccupe, voire pour lancer un cri du cœur. « Il y a urgence d’agir », exprime-t-elle. « Chaque jour, je me questionne sur ce que je peux faire individuellement pour l’environnement. »

Même si son prochain défi est venu vers elle par le biais de la metteuse en scène Marie-Hélène Gendreau et non l’inverse, on dirait bien qu’il était taillé sur mesure pour elle. « C’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur », révèle sans détour la comédienne.

Tragédie nucléaire

L’auteure britannique Lucy Kirkwood s’est inspirée, comme point de départ pour écrire sa pièce, de la catastrophe nucléaire de Fukushima, survenue en mars 2011 au Japon, à la suite du tsunami qui a frappé le nord-est de l’île Honshu. L’accident a été classé au niveau 7, soit le plus élevé, au même niveau que la catastrophe de Tchernobyl de 1986, en raison de l’important volume de rejets radioactifs.

« C’est une pièce importante dont le sujet est d’actualité, qui se positionne dans le courant actuel avec des enjeux environnementaux tant collectifs qu’individuels par rapport à ce qu’on laisse à nos enfants », souligne la comédienne, qui est mère et aussi grand-mère. « Il y a les responsabilités que l’on peut prendre, ou que l’on aurait dû prendre. » Ainsi, sur scène, on verra trois personnages dans la soixantaine qui ont participé au travail de cette centrale, désormais à la retraite, dont un couple d’ex-ingénieurs. Ils vivent dans un petit chalet isolé sur la côte britannique, ils ont eu quatre enfants et autant de petits-enfants

« Le couple a mis une sur pied une petite ferme bio », précise la comédienne, qui forme un couple sur scène avec Germain Houde.

C’est d’autant plus important que dans l’imaginaire de l’auteure, les habitants de la région font face à un rationnement. « On a très peu d’électricité », ajoute-t-elle.

Pousser la réflexion

Par-dessus tout, Danielle Proulx souhaite pousser la réflexion en lien avec les problèmes environnementaux et le legs des générations. « Il faut se questionner sur nos responsabilités individuelles et gouvernementales », fait remarquer la comédienne, qui souhaite que cette pièce puisse interpeller les spectateurs au point de susciter une réflexion et peut-être même changer certaines habitudes. 

« Nous sommes dans le drame. Néanmoins, il y a par moments un petit côté loufoque dans cette pièce. C’est aussi une quête de lumière », conclut-elle.


Fort occupée à la télé, Danielle Proulx se retrouve dans les séries Une autre histoire, Fugueuse, Lâcher prise ainsi que dans l’émission jeunesse Passe-Partout.

Les enfants   

Auteure : Lucy Kirkwood

Mise en scène : Marie-Hélène Gendreau  

Distribution : Chantal Baril, Danielle Proulx et Germain Houde 

Du 26 février au 28 mars

Au Théâtre Duceppe