/opinion/columnists
Navigation

L’idée du CN

Coup d'oeil sur cet article

J’écrivais hier que les Autochtones avaient fait un coup de génie pour faire entendre leurs revendications. En y repensant bien, je pense qu’ils se sont laissé inspirer par quelqu’un d’autre. Rappelez-vous. C’était en novembre.

Les travailleurs du CN faisaient la grève. Aussitôt, on nous dit que l’économie du pays est paralysée. On nous annonce notamment une pénurie de propane imminente. Le syndicat accuse l’entreprise de créer artificiellement la rareté en ne priorisant pas cette ressource sur les trains qui circulaient encore. L’UPA et le gouvernement Legault exigent la fin du conflit. Il a finalement duré 7 jours.

Pénurie imminente

Retour en février 2020. Le blocus ferroviaire est en force depuis 17 jours et les journaux nous informent que les distributeurs de propane commencent à restreindre l’approvisionnement. En novembre, les producteurs agricoles s’inquiétaient notamment de ne pas pouvoir faire sécher leurs grains. Désormais, ils craignent principalement que leurs poussins et leurs porcelets ne meurent d’hypothermie ou de maladies.

Bref, maintenant en février, alors que le chauffage est au plus fort, les stocks de propane sont probablement moins élevés qu’en novembre, tant chez les distributeurs que chez les consommateurs. Pourtant, il a fallu deux semaines pour en arriver à la pénurie que le CN nous présentait comme imminente dès le déclenchement du conflit.

Le CN nous a manipulés

Il est donc permis d’en conclure deux choses.

D’une part, c’est que le CN s’est assuré que tous les Canadiens sachent que l’économie du pays serait à genoux si les trains ne passaient pas. Les militants autochtones auront saisi le message 10 sur 10.

D’autre part, le CN a manifestement encouragé ou à tout le moins exagéré la pénurie de propane en novembre et tant l’UPA que François Legault ont joué la partition qui avait été écrite pour eux.

Bref, le CN nous a manipulés pour casser son syndicat et on en paye le prix aujourd’hui.