/news/politics
Navigation

TC Energy s'engage à consulter les Autochtones

TC Energy s'engage à consulter les Autochtones

Coup d'oeil sur cet article

TC Energy, le promoteur du controversé gazoduc Coastal GasLink, donnera suite à la demande du Bureau d’évaluation environnementale de la Colombie-Britannique qui le sommaient de consulter les peuples autochtones.

«Coastal GasLink répondra aux problématiques soulevées dans une lettre par le Bureau de l’évaluation environnementale et tentera de collaborer avec le Unist’ot’en Healing Centre», affirme dans un communiqué Terry Cuhna, responsable des communications de TC Energy.

TC Energy précise que le groupe Unist’ot’en, aussi surnommée Dark Horse, avait refusé de les rencontrer en décembre. L’entreprise garde toutefois espoir que ce sera différent cette fois-ci.

Le promoteur croit aussi que le processus n’engendra pas de retard dans son horaire de construction.

Dans sa lettre datée du 19 février dernier, l’Environmental Assessment Office (EAO), le Bureau d’évaluation environnementale de la Colombie-Britannique a indiqué qu’après examen il n’était plus en mesure de donner le feu vert au projet pour le moment.

L’EAO donnait ainsi un délai de 30 jours à l’entreprise pour qu’elle consulte à nouveau les communautés, et ce, de manière respectueuse et appropriée. L’agence demande aussi qu’on prenne en considération les connaissances traditionnelles autochtones.

Le gazoduc Coastal GasLink, long de 670 km, doit relier Dawson Creek, dans le nord-est de la Colombie-Britannique, à Kitimat, sur la côte ouest, d’où partirait le gaz naturel à destination des marchés asiatiques.