/news/transports
Navigation

Une passagère infectée par le coronavirus sur un vol d'Air Canada

Coup d'oeil sur cet article

Une femme arrivant de l'Iran, à qui on a diagnostiqué le nouveau coronavirus le 20 février, a transité par Montréal, avant de se rendre à Vancouver à bord d'un avion d'Air Canada le 14 février. 

• À lire aussi: Virus: la quarantaine arrive en Italie, la Corée du Sud en alerte maximale  

• À lire aussi: Coronavirus: 11 villes en quarantaine en Italie, l’angoisse monte  

Dans une note interne envoyée par Air Canada à ses employés et obtenue par TVA Nouvelles, le transporteur a expliqué que la patiente infectée avait voyagé dans l’un de ses avions de Montréal à Vancouver. 

C’est le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique qui a averti la compagnie aérienne. 

Jeudi dernier, les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique avaient annoncé qu'une femme dans la trentaine arrivant de l'Iran et demeurant dans la région de la vallée du Fraser, à l’est de Vancouver, avait été diagnostiquée avec le COVID-19. Il avait également été précisé que ce résultat devait être confirmé officiellement par le laboratoire national de microbiologie de Winnipeg. On n’avait toutefois pas indiqué comment la patiente était rentrée au pays. 

Contacté par l'Agence QMI, le Centre de contrôle a confirmé que le cas annoncé par le gouvernement britanno-colombien et celui à bord de l'avion d'Air Canada ne font qu'un. L'organisation a toutefois refusé, au nom du respect de la vie privée, d'indiquer avec quelle compagnie aérienne la femme est arrivée à Montréal. 

Le Centre a fait savoir qu'il est en train de contacter les employés concernés et les passagers qui se trouvaient trois rangées devant et trois rangées derrière la voyageuse. 

Air Canada a quand même tenu à en faire part à tout son personnel impliqué. «Le risque est considéré comme assez faible pour que les membres de l’équipage n’aient pas besoin d’être isolés, mais ils doivent surveiller leur état de santé pour les 14 jours ayant suivi la journée du vol et rapporter leurs symptômes à un professionnel de la santé, s’ils devaient en développer», peut-on lire dans l’avis. 

Les employés se sont fait offrir de continuer à travailler ou de rester chez eux, le temps d'écouler les 14 jours considérés comme étant la période d'incubation du virus. 

Pour des raisons de confidentialité, le Centre de contrôle n’a pas donné beaucoup de détails sur la passagère malade. Toutefois, on sait qu’elle avait une toux sèche et éprouvait de légers symptômes grippaux pendant son vol entre Montréal et Vancouver. 

Air Canada n’a appris que le 22 février que le test de dépistage effectué sur la passagère était positif, soit deux jours après l'annonce de ce nouveau cas de COVID-19 au pays par les autorités sanitaires. 

«Nous vous invitons à communiquer avec le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique afin d’obtenir davantage d’informations, puisque ce sont les autorités qui font le suivi auprès des passagers», a précisé Air Canada. 

À ce jour, six personnes ont été diagnostiquées officiellement avec le COVID-19 en Colombie-Britannique, tandis qu'un septième cas – celui de la femme arrivant de l'Iran – est toujours considéré comme probable en attendant la confirmation officielle de Winnipeg.