/news/transports
Navigation

Des usagers de la route toujours moins respectueux

carambolage La Prairie
Photo d'archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Des experts estiment que les usagers de la route respectent de moins en moins les distances sécuritaires entre deux véhicules au Québec, alors que de nombreux carambolages majeurs sont survenus dernièrement.  

« Il faut sensibiliser les conducteurs québécois, mais il y a beaucoup à faire de ce côté-là. Les gens sont de moins en moins respectueux », assure Michèle St-Jacques, professeure au département de génie de la construction à l’École de technologie supérieure (ÉTS).   

  • ÉCOUTEZ Jean Balthzard à l'émission Les Effrontées à QUB radio:

Ces comportements créent des situations dangereuses et peuvent transformer des accidents mineurs en d’immenses carambolages, comme ceux survenus la semaine dernière sur les autoroutes 10 et 15, notent les experts à qui j’ai parlé.   

Sur les images de ces carambolages, on aperçoit de nombreuses voitures, mais aussi beaucoup de camions lourds. Il n’en fallait pas plus pour relancer le débat sur l’augmentation du nombre de véhicules lourds sur nos routes.   

Pourtant, dans la majorité des accidents mortels impliquant au moins un véhicule lourd, les camionneurs ne sont pas responsables, selon une analyse de la Société d’assurance automobile du Québec.    

Dans plus de 60 % des cas, ce sont les autres usagers de la route qui causent l’accident. N’empêche qu’un véhicule lourd, à cause de son poids, est beaucoup plus dangereux dans une collision qu’un véhicule léger.   

Certains membres de notre groupe Facebook que j’ai sondés proposaient des idées intéressantes pour sécuriser davantage nos routes:      

  • Réduire la vitesse des camions sur les autoroutes   
  • Avoir une voie réservée pour les véhicules lourds      

Ces idées sont d’ailleurs déjà implantées en France, où les camions doivent rouler exclusivement à droite et sont limités à une vitesse de 90 km/h. Ces mesures sont efficaces et peu dispendieuses, soutient Michèle St-Jacques.   

Il faudrait plutôt limiter les camions à la voie centrale sur les autoroutes, croit pour sa part le camionneur Daniel Beaulieu. On devrait également fermer plus souvent les routes au Québec quand les conditions météorologiques sont vraiment mauvaises, avance-t-il.   

Camions interdits  

« L’État de New York, l’État de la Pennsylvanie, l’État du Vermont, ils ne niaisent pas avec ça, quand ils voient la tempête s’en venir, [...] ils interdisent les camions », donne en exemple M. Beaulieu, fondateur de la page Facebook « L’heure juste du camionneur ».   

Le plus urgent est néanmoins de sécuriser toutes les sections problématiques des autoroutes du Québec, s’entendent les experts. La poudrerie, qui réduit considérablement la vue des usagers de la route l’hiver, peut être contrée avec l’installation d’arbres et de murets. Ces mesures peuvent faire une grande différence pour éviter des carambolages comme ceux survenus la semaine dernière, concluent les experts.     

  • La distance sécuritaire entre deux véhicules varie en fonction de plusieurs facteurs, dont la vitesse, mais il est conseillé de garder un écart de trois secondes entre les usagers de la route, estime CAA-Québec.  
  • « Suivre de trop près » est une infraction qui peut entraîner la perte de deux points d’inaptitude et une amende de 200 $ maximum.  
  • Le nombre de camions en circulation a augmenté de 25 % entre 2010 et 2018. À titre comparatif, le nombre d’autos a augmenté de 11 % durant la même période.    

Aidez-nous!    

Faites-nous part des situations qui irritent votre mobilité ou votre vie de quartier en joignant le groupe Facebook «Dans le trafic».