/sports/hockey/canadien
Navigation

Une fleur à Kovalchuk

Ilya Kovalchuk est passé aux mains des Capitals dimanche.
Photo Martin Chevalier Ilya Kovalchuk est passé aux mains des Capitals dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin a opté pour une stratégie assez simple avec Ilya Kovalchuk. Il l’a échangé à la ville de son choix, Washington, dans l’espoir de ne pas brûler ses relations futures avec lui.  

• À lire aussi: Du bout des lèvres  

• À lire aussi: «Ce n’est pas un au revoir»   

Avant de partir de Montréal, Kovalchuk a décrit Montréal comme une sérieuse possibilité pour la saison prochaine. Le Russe de 36 ans aurait probablement tenu un discours différent si Bergevin l’avait envoyé à Winnipeg ou à Columbus.  

« Nous avons eu une conversation très ouverte entre Kovy, son agent et moi », a raconté Bergevin lors d’une longue conférence de presse. « J’ai compris que Kovy voulait avoir une chance de gagner la coupe Stanley cette année. Son choix était de partir à Washington. Nous avons travaillé ensemble et nous avons conclu une transaction qui est aussi bonne pour l’organisation. 

« Je trouvais qu’il méritait que je le tienne au courant des développements [possible transaction]. » 

Le modèle Plekanec 

Kovalchuk a porté l’uniforme du CH pour seulement 22 matchs. Il ne faisait pas partie des meubles de l’organisation. Mais il a tout de même reçu un traitement semblable à celui de Tomas Plekanec en février 2018.  

Bergevin avait donné une chance à Plekanec de participer aux séries en l’échangeant aux Maple Leafs de Toronto contre un choix de 2e tour ainsi que les jeunes Rinat Valiev et Kerby Rychel. Plekanec, qui n’avait jamais connu une autre organisation que celle du Tricolore, était heureux de se joindre aux Leafs en raison de la proximité géographique et du potentiel de l’équipe. Quelques mois plus tard, le Tchèque rentrait au bercail en paraphant un contrat d’un an et 2,25 millions $. 

Le retour de Plekanec n’avait toutefois rien eu de glorieux. Peu de temps après son 1000e match dans la LNH, il avait accepté de rompre son contrat pour retourner en République tchèque.   

En conférence de presse, un collègue a remis en doute la décision de Bergevin d’accepter un choix de 3e tour des Capitals à la place d’une possible meilleure offre d’une autre équipe afin de satisfaire son joueur.  

« Kovy méritait ça de notre organisation, s’est défendu Bergevin. Il a accepté de venir ici. C’est un joueur qui se rendra probablement au Temple de la renommée du hockey. J’ai eu ce type de conversation également avec Nate Thompson. Il y a des joueurs, avec l’âge et avec les services rendus à l’organisation, qui méritent ce respect. Je voulais qu’on travaille ensemble. »  

Un risque calculé 

Il y a quelques mois, Kovalchuk attendait un simple appel chez lui à Miami. Bergevin lui a offert cette chance de revenir dans la LNH et il a transformé son petit investissement deux mois plus tard pour un choix de 3e tour.  

Si Kovalchuk a dit clairement que le CH avait refusé de meilleures propositions pour lui permettre de poursuivre sa saison au pays d’Alex Ovechkin, Bergevin n’a pas été aussi affirmatif à ce sujet. 

« Je vais être clair. La transaction s’est faite dimanche. Est-ce qu’il y avait une possibilité d’attendre une autre journée pour recevoir un peu mieux ? Peut-être. Mais peut-être qu’il n’y aurait rien eu de mieux. »  

A-t-il laissé un choix de 1er ou de 2e tour sur la table ?  

« De 1er tour, non, a-t-il répliqué. Dans un 2e tour, il y a différents endroits et conditions. Pour moi, il n’y avait pas une assez grosse différence pour courir le risque. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.