/finance/news
Navigation

Le Québec a l'un des plus faibles taux de pauvreté au pays

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec peut se targuer d'avoir l'un des taux de pauvreté les plus faibles au pays, montre une nouvelle étude de Statistique Canada dévoilée lundi. 

Selon l'étude, 11% des Canadiens vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2018. Ce seuil est défini est fonction de la mesure du panier de consommation, soit la capacité d'une personne à pouvoir se payer un ensemble de biens et services minimaux, allant de la nourriture au logis, dont la valeur a été mise à jour pour l'année 2018. 

À la grandeur du pays, seules deux provinces, soit le Québec et l'Alberta, peuvent se targuer d'avoir un taux de pauvreté sous la barre des 10%. La Belle Province affiche un taux de 9,7% de la population qui peine à se payer le minimum pour vivre, soit environ 812 000 Québécois, contre un taux de 9,4% pour la province de l'Ouest. 

À l'autre bout du spectre, 13,3% des Néo-Écossais vivent sous le seuil de la pauvreté. 

Statistique Canada évalue donc que tout près de 4 millions de Canadiens, dont 748 000 enfants, vivent sous le seuil de la pauvreté. 

La mise à jour de la valeur du panier de consommation, qui datait de 2008, a eu pour effet de faire bondir le taux de pauvreté partout au pays. Selon la valeur du panier de 2008, le taux de pauvreté serait plutôt de 8,7% au Canada et de 7,9% au Québec. 

Malgré tout, Statistique Canada observe des signes encourageants. Selon l'organisme fédéral, un peu plus de 1 million de personnes sont sorties de la pauvreté entre 2015 et 2018. 

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté n'a pas été impressionné par ces données. «La "couverture des besoins de base" ne saurait être synonyme de "sortie de pauvreté". [...] Combler ses besoins de base, ce n’est pas encore être sorti de la pauvreté, mais plutôt marcher constamment sur un fil tendu pour éviter de se retrouver en "déficit humain"», a fait valoir le porte-parole du groupe, Serge Petitclerc, par communiqué. 

Parmi les derniers pour le revenu disponible 

Par ailleurs, les Québécois figurent toujours parmi les derniers au classement pour le revenu disponible après impôt. 

Selon la même étude, les ménages de la Belle Province disposent de 53 200$ après impôts, un montant bien inférieur à la moyenne canadienne fixée à 61 400$ par ménage. Seule la Nouvelle-Écosse, avec des revenus après impôts de 52 200$ par ménage, fait pire que le Québec. 

Les champions des revenus disponibles par ménage demeurent les Albertains, avec 72 700$. En Ontario, cette moyenne est de 66 200$ par ménage.