/news/transports
Navigation

Carambolage sur l'autoroute 15: la belle retraite de la veuve d’une victime part en fumée

Elle déplore l’inaction du gouvernement

GEN - SYLVIE BOUDREAU
Photo Martin Alarie Sylvie Boudreau en entrevue avec Le Journal hier chez elle à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Coup d'oeil sur cet article

La femme d’une des deux victimes du carambolage monstre de mercredi sur l’autoroute 15 espère que des mesures seront prises pour empêcher d’autres tragédies.  

« Il y a eu tellement d’accidents dans ce coin-là, déplore Sylvie Boudreau, la veuve de Pierre Boudreau. Ça va prendre combien de morts pour que le gouvernement fasse quelque chose ? »   

GEN - SYLVIE BOUDREAU
Photo courtoisie

L’ancien conducteur de poids lourds, retraité depuis moins d’un an, et sa femme désiraient voyager. Mariés depuis plus de 40 ans, les deux amateurs de moto planifiaient déjà leurs prochaines destinations.  

GEN - SYLVIE BOUDREAU
Photo Martin Alarie

« Pierre, c’était un patenteux, un passionné de bébelles. Il mordait dans la vie. Tout le monde connaissait Pierre comme un bon vivant. Il contait toujours les mêmes jokes, se rappelle-t-elle depuis la résidence familiale, à Saint-Jean-sur-Richelieu, où Le Journal l’a rencontrée hier. Il n’aura même pas eu le temps de profiter de sa retraite. »   

Des jours ensemble  

Le jour de l’accident, l’homme de 69 ans et son grand ami mécanicien Charles Rivard, 54 ans, étaient partis chercher des pièces de motoneige à Saint-Lin-Laurentides, croit Mme Boudreau.    

Le véhicule dans lequel prenait place Pierre Boudreau s’est retrouvé sous un camion-citerne (à gauche de l’autobus scolaire sur la photo).
Photo d'archives, Chantal Poirier
Le véhicule dans lequel prenait place Pierre Boudreau s’est retrouvé sous un camion-citerne (à gauche de l’autobus scolaire sur la photo).

La voiture de M. Rivard s'est encastrée sous un camion-citerne, au moment du carambolage impliquant plus de 200 véhicules à la hauteur de La Prairie, tuant les deux mordus de mécanique. Des dizaines de personnes ont également été blessées.   

« On a tellement travaillé, lui et moi. On a tout fait pour se préparer une belle retraite, des jours ensemble. C’est tellement dur de se le faire arracher d’un coup sec, comme ça », ajoute-t-elle.   

Un coin dangereux  

La dangerosité de l’autoroute dans ce secteur est connue depuis des années, en raison de la proximité du fleuve qui rend la route glacée en hiver.
De plus, lors de bourrasques, la poudrerie vient nuire aux automobilistes.   

« Je travaille dans les camions-citernes, mon père a été camionneur pendant 35 ans pour la même compagnie, explique Karl Boudreau, un des trois enfants du couple, émotif. C’est un camion-citerne qui a mis fin à sa vie. Je n’arrête pas de revoir les images de l’accident en boucle. »  

Ils espèrent que leur témoignage servira à faire bouger les choses.  

« Si, au moins, on peut en tirer un peu de positif, il ne sera pas mort pour rien », souligne la veuve, triste de voir que ses cinq petits-enfants devront vivre sans leur papi.