/sports/hockey/canadien
Navigation

Bonne attitude, même résultat

Canucks c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Tomas Tatar

Coup d'oeil sur cet article

Tomas Tatar a hurlé un méchant mot qui sonne comme un animal popularisé par le groupe Beau Dommage à l’entrée des journalistes dans le vestiaire. Tatar évacuait sa frustration après un autre revers où le Canadien a bousillé une avance. 

• À lire aussi: Autre coup dur

Quelques minutes plus tard, Claude Julien était beaucoup plus calme derrière son lutrin pour son habituelle conférence après un match. Malgré le revers de 4 à 3 en prolongation contre les Canucks de Vancouver, Julien ne ressemblait pas à un homme abattu. Il ne s’est toutefois pas éternisé pour l’exercice, restant un peu moins de trois minutes à répondre aux questions.  

« La défaite est survenue pour certaines raisons, que ce soit des erreurs ou d’autres choses, a-t-il expliqué. Mais l’attitude était bonne. L’effort était quand même là. On a eu un peu de difficulté avec la rondelle, à la gérer. En prolongation, on s’est fait prendre avec des joueurs fatigués sur la patinoire. »

Max Domi, Paul Byron et Jeff Petry ont passé toute la prolongation sur la glace, soit 1 min 35 s Jamais, ils n’ont été capables de rentrer au banc. Tyler Toffoli a mis fin à cette rencontre en profitant d’une passe ingénieuse de Bo Horvat. 

Bon trio

Julien a eu la main heureuse en plaçant Jordan Weal à la droite de Max Domi et de Paul Byron. Ce trio a été le meilleur du CH. Et par un kilomètre. 

« Ce qu’on a vu de ce trio, c’est qu’il fabriquait beaucoup de chances offensivement, a affirmé l’entraîneur en chef. Byron patine, il va au filet. Weal a joué un bon match, il a été au filet lui aussi. Ce trio-là a donné des chances de marquer. »

Après la rencontre, Domi a parlé de l’incapacité de son équipe à maintenir une avance. 

« Il faut apprendre à protéger une avance, a rappelé le numéro 13. Les bonnes équipes le font. Je pense à Pittsburgh ou Washington. Ils ont aussi plusieurs vétérans. Ils savent comment gagner, ils ont joué souvent avec des avances. Dans la LNH d’aujourd’hui, tu ne peux jamais croire que tu as gagné le match quand tu as une avance de deux buts. »