/news/politics
Navigation

GNL-Québec: Sylvain Gaudreault reproche à QS de radicaliser le débat

Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault.
Photo Simon Clark Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault.

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, reproche à Québec solidaire de radicaliser le débat entourant le projet GNL-Québec au Saguenay. 

• À lire aussi: Un groupe Facebook pour soutenir le projet GNL Québec  

Une soirée «anti GNL» animée par les députées solidaires Catherine Dorion et Ruba Ghazal a rassemblé pas moins de 200 personnes dans un café de Chicoutimi à la mi-février. 

La députée de Québec solidaire, Catherine Dorion.
Photo Simon Clark
La députée de Québec solidaire, Catherine Dorion.

Un groupe Facebook rassemblant 12 000 personnes en faveur de l’entreprise GNL-Québec a été créé sur Facebook en réaction à cet évènement. Le 18 février dernier, au Palais de justice de Chicoutimi, un jeune homme a plaidé coupable à une accusation de menaces de mort à l’endroit des personnes en faveur du projet, a également rapporté le journal le Quotidien. 

Sans faire de lien direct avec ces évènements, Sylvain Gaudreault dit avoir constaté un durcissement des propos de la part des opposants au projet de GNL-Québec depuis le passage de Québec solidaire (QS) dans la région. 

«Ils ont grimpé sur des chaises puis ils ont harangué la foule en ne proposant rien en échange», a affirmé le député de Jonquière en point de presse à l’Assemblée nationale jeudi. 

«[C’est] ce que je reproche à QS dans leur approche en environnement. Ils sont très, très, très polarisants, très confrontants», a expliqué Sylvain Gaudreault en plaidant plutôt pour l’importance d’expliquer «la réalité des marchés» aux citoyens de sa région. 

«La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean a beaucoup plus d'avantages à long terme à aller vers des énergies renouvelables, vers une technologie du XXIe siècle», a-t-il martelé. 

Selon lui, la solution aux changements climatiques se trouve dans l’«adhésion puis par la conviction et non pas par la polarisation». 

Le projet de GNL Québec de 14 milliards $ consiste à construire un gazoduc de plus de 750 kilomètres entre l’Ontario et le Québec ainsi qu’un port méthanier à Saguenay. Le gaz naturel, qui proviendra de l’Ouest canadien, sera exporté en Asie et en Europe. L’usine de liquéfaction doit encore recevoir les autorisations environnementales. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.