/news/currentevents
Navigation

Toujours des blocages ferroviaires, le CP obtient une injonction

Coup d'oeil sur cet article

Malgré le démantèlement lundi du blocus ferroviaire ayant le plus d’impact au pays, celui des Mohawks de Tyendinaga, près de Belleville en Ontario, des barricades ont été érigées depuis et d'autres perdurent en appui aux chefs héréditaires wet'suwet'en de Colombie-Britannique.  

• À lire aussi: Pont Mercier: les Mohawks bombent le torse  

• À lire aussi: Des manifestants bloquent la route 344 à Kanesatake  

• À lire aussi: La Police provinciale de l'Ontario arrête des Mohawks  

À Kahnawake, au sud de Montréal, des Mohawks continuaient de bloquer les voies ferrées du Canadien Pacifique même si le CP a obtenu une injonction de la Cour supérieure du Québec, mardi, pour les chasser. La police locale, les Peacekeepers de Kahnawake, avait toutefois affirmé lundi qu’elle n’avait aucune intention de faire appliquer une injonction.      

La communauté mohawk considère que l'injonction est une provocation et craint également une escalade des tensions.      

«Nous espérons que la Sûreté du Québec ne va pas intervenir à Kahnawake. Ce serait sage. Il devrait y avoir des manières de négocier. Nous ne sommes certainement pas contents de l'injonction. Il n'y a aucun projet de démanteler les barricades en ce moment», a fait savoir Kenneth Deer, secrétaire de la branche de Kahnawake de la Nation mohawk.  

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Les usagers du train de banlieue de la ligne Candiac-Montréal doivent donc continuer à prendre leur mal en patience pour une troisième semaine de suite en raison du blocage dans cette réserve de la Rive-Sud. La situation était toutefois plus calme que lundi, lorsque des Mohawks ont ralenti la circulation sur le pont Mercier.      

«On ne craint pas ce qui va se passer à Kahnawake. On craint ce qui va se passer à travers le Canada parce qu’il y a eu des événements, et ces événements ont eu des conséquences ici», a dit Pierre-Paul Routhier, le maire de Châteauguay, une ville voisine, à TVA Nouvelles, mardi matin.      

«Nos relations avec le grand chef Joe Norton sont excellentes», a-t-il précisé.   

Blocus à Sherbrooke À Sherbrooke, une vingtaine de manifestants masqués ont décidé de bloquer le chemin de fer dans le secteur de Lennoxville, mardi matin. Le blocus en soutien aux chefs héréditaires wet'suwet'en de Colombie-Britannique se trouve près de la rue Samuel-Gratham.      

Plusieurs bannières avec des slogans de contestation ont été érigées près des rails. Des policiers étaient déployés sur place. Le Service de police de Sherbrooke (SPS) a mentionné qu’ils étaient une vingtaine.      

«Un large périmètre de sécurité a été établi, a dit le SPS par communiqué. Un dénouement négocié pacifique et rapide est souhaité.»     

En Gaspésie, le campement érigé sur la voie ferrée dans la réserve de Listuguj était toujours en place. La circulation n’a pas été entravée mardi par des manifestants sur la route 132 qui traverse cette com munauté micmaque comme ce fut le cas lundi. Beaucoup de policiers de la Sûreté du Québec se trouvaient dans le secteur.      

À l’ouest de Toronto, le service de train de banlieue métropolitain de GO Transit vers Hamilton a été interrompu mardi matin en raison de manifestants solidaires des chefs héréditaires wet'suwet'en. Ils ont bloqué les rails surplombant la baie de Burlington, à l'extrémité ouest du lac Ontario, lundi après-midi. Des policiers ont été envoyés sur place pour surveiller les manifestants et une injonction a été émise pour chasser les protestataires.      

Ce blocus a été instauré en réaction à l'opération policière menée plus tôt lundi matin du côté de Tyendinaga, où dix personnes ont été arrêtées lors du démantèlement du camp qui paralysait les voies du CN. Des policiers surveillaient toujours ce passage à niveau mardi matin.      

En Colombie-Britannique, des manifestants bloquaient toujours mardi une intersection menant au port de Vancouver. Ils s’étaient installés lundi au milieu de l’intersection des rues East Hastings et Clark.      

Les chefs héréditaires Wet’suwet’en s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, dont le tracé traverse leur territoire ancestral. Toutefois, les élus de cette communauté autochtone ainsi que les autres bandes du nord de la Colombie-Britannique ont donné leur feu vert à ce projet.