/investigations
Navigation

Le fonctionnaire magouilleur préparait sa succession

Guy Huot, un architecte d’Hydro-Québec, a donné des conseils à un corrupteur

Coup d'oeil sur cet article

L’employé d’Hydro-Québec filmé en train d’accepter une enveloppe d’argent planifiait déjà que les magouilles se poursuivent à la société d’État après sa retraite.  

• À lire aussi: «On a échappé ça», admet le PDG d’Hydro-Québec  

• À lire aussi: Hydro-Québec suspend son employé et appelle l’UPAC  

Guy Huot, un architecte d’Hydro, aurait reçu plus de 30 000 $ en argent comptant depuis 17 ans de la part d’un groupe d’entrepreneurs qui décrochait des contrats publics.       

Notre Bureau d’enquête révélait hier qu’il a été filmé, le 6 février dernier, en train d’accepter une enveloppe contenant 500 $ de la part de l’entrepreneur André Dansereau.       

Lors de la rencontre entre les deux hommes, qui se tenait dans un restaurant de Montréal, Dansereau évoque la retraite prochaine de M. Huot. Il veut savoir à qui il pourrait graisser la patte au sein de la société d’État, une fois que l’architecte n’y travaillera plus.          

  • Le journaliste Félix Séguin est revenu sur le dossier à l'émission Dutrizac, sur QUB Radio:   

« Toi, tu nous as toujours bien traités, ça a toujours bien été, mais je me pose la question si tu ne pourrais [pas] me référer un nom... Quelqu’un [avec qui] on pourrait jaser... », demande Dansereau.       

– « Ce que je conseille, c’est de faire un lunch-meeting [avec des représentants d’Hydro], pis là, tu vas avoir le nom de toutes les personnes », répond Guy Huot.       

« T’écoutes attentivement ceux qui sont plus intéressés que d’autres, pis là, tu les vises », poursuit l’employé d’Hydro-Québec.       

– « Faque, mettons que je les vise, la tradition [de donner des enveloppes d’argent] pourrait continuer, mettons », rétorque l’entrepreneur.       

– « Oui, c’est ce que je comprends », lui confirme Guy Huot.       

« Manigances et malversations »  

C’est André Dansereau lui-même qui avait approché notre Bureau d’enquête et proposé de filmer sa rencontre avec le fonctionnaire. En admettant « faire partie de la corruption », il souhaitait dénoncer « toutes les manigances » chez Hydro-Québec.        

L’entrepreneur dit avoir commencé à corrompre Guy Huot en 2003, alors qu’il était actionnaire minoritaire pour la compagnie de revêtements de plancher Acrylicon.            

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec André Dansereau à QUB :    

Hugo Beaudin, président de Acrylicon Canada, a affirmé hier que M. Dansereau n’avait plus de liens depuis 2007 avec les produits Acrylicon. Selon lui, l’entreprise qui distribue aujourd’hui ce produit au pays « a toujours été des plus honnêtes ».       

Hier matin, immédiatement après nos révélations, Hydro-Québec a annoncé qu’elle suspendait Guy Huot sans solde. Son PDG, Éric Martel, s’est dit « très, très déçu ».       

Marc-Antoine Pouliot, Chef – Médias et Affaires publiques chez Hydro Québec, a commenté le dossier à QUB Radio:  

Périmètre de sécurité  

Hydro a même érigé un périmètre de sécurité autour du bureau de Guy Huot, a-t-on pu apprendre. La société d’État souhaite protéger d’éventuels éléments de preuve dans le cadre de l’enquête criminelle ouverte hier par l’Unité permanente anticorruption (UPAC).       

Pour sa part, le bureau de la syndique de l’Ordre des architectes du Québec a également ouvert une enquête.        

L’Ordre a rappelé que ses membres ont « l’interdiction de commettre un acte impliquant de la collusion, de la corruption, de la malversation, de l’abus de confiance ou du trafic d’influence » dans le cadre de leurs fonctions.        


  

Si vous avez de l’information sur cette affaire contactez Félix Séguin en toute confidentialité: felix.seguin@protonmail.com et 514-618-6784 (cellulaire, Signal).