/sports/hockey
Navigation

LNH: une reconstruction en bonne et due forme à Ottawa

LNH: une reconstruction en bonne et due forme à Ottawa
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement au Canadien de Montréal qui n’ose pas évoquer toute reconstruction, les Sénateurs d’Ottawa assument pleinement ce choix et ils l’ont démontré avec vigueur, lundi, date limite des transactions dans la Ligue nationale de hockey (LNH). 

• À lire aussi: Pageau entend montrer aux Islanders qu’ils ont pris la bonne décision 

• À lire aussi: Les grosses pointures qui n’ont pas bougé à la date limite 

• À lire aussi: Date limite des transactions: «On doit se frotter les mains à Ottawa» 

Le directeur général Pierre Dorion n’a pas chômé, effectuant quatre échanges. Il a surtout expédié Jean-Gabriel Pageau aux Islanders de New York, tout en refilant Vladislav Namestnikov à l’Avalanche du Colorado. Également, il a envoyé Tyler Ennis aux Oilers d’Edmonton et a obtenu Matthew Peca du Canadien de Montréal. 

Sa banque de choix au prochain repêchage étant encore plus grande, Dorion a toutes les munitions à sa disposition pour faire du bruit au cours de l’encan amateur prévu à Montréal. Les «Sens» doivent parler trois fois durant la première ronde de la séance, eux qui détiennent les sélections des Sharks de San Jose et des Insulaires. 

«Aujourd’hui [lundi] fut une bonne journée en ce qui a trait à notre reconstruction, a déclaré le DG en conférence de presse, par le biais de propos diffusés sur le site du quotidien Ottawa Sun. Vous voyez ce que nous avons fait et tous les choix que nous avons obtenus; c’était important pour nous de faire cela. Il y a seulement une transaction que nous avons réalisée pour mettre la main sur un joueur de profondeur [Peca] qui nous aidera d’ici la fin de la saison.» 

Dorion a aussi insisté sur l’importance d’aider le club-école situé à Belleville. D’ailleurs, la filiale des Sénateurs occupe le sommet de la section Nord de la Ligue américaine. 

«Nous voulons des joueurs à Belleville et qu’il y ait un jeune groupe soutenu par des vétérans clés pour continuer sur le chemin de la victoire en séries, a ajouté le DG. Tous nos actifs et nos choix de repêchage que nous avons pu acquérir en disent long, surtout pour cet encan amateur. Ce sera l’un des meilleurs, d’après nos recruteurs. Selon ce que j’ai vu, les trois premières rondes seront parmi les plus fortes des 20 dernières années.» 

Le cas Pageau 

Évidemment, Dorion a été interrogé sur le départ de Pageau, un hockeyeur local apprécié de la communauté ottavienne. Avant la transaction avec les Islanders, les Sénateurs ont tenté de conclure une nouvelle entente avec le principal intéressé. Selon certaines sources que le journal Ottawa Sun a évoquées, le club aurait soumis une offre de cinq ans supérieure à 20 millions $. 

La proposition n’a pas donné de résultat, mais les deux parties ont discuté une nouvelle fois lundi matin, sans succès. Puis, Dorion a décidé de profiter de l’option que lui avait présentée le club new-yorkais. 

«Nous étions en négociation pendant un bout et nous sentions qu’il y avait des progrès. À un moment donné, on a constaté que la signature d’un contrat allait être impossible. À partir de là, j’ai commencé à examiner les options relatives à son transfert», a expliqué le dirigeant. 

«Je dois donner beaucoup de crédit à Lou Lamoriello [son homologue des Islanders], qui a mis un premier choix sur la table. Nous avons parlé de plusieurs idées pouvant mener à la mise en place de cette transaction. On savait dès lors qu’on pouvait s’entendre. Mais il y a d’autres formations qui ont été déçues, car elles voulaient l’obtenir.»