/sports/hockey/canadien
Navigation

Pris dans l’embouteillage

Pris dans l’embouteillage
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Embouteillés dans leur territoire, Paul Byron, Max Domi et Jeff Petry ont passé toute la durée de la prolongation (1 min 35 s) sur la patinoire. Avec un résultat inévitable. 

« Nous sommes restés trop longtemps sur la glace, nous n’étions pas capables de retourner au banc. Parfois, ton cerveau se fatigue et tes jambes aussi. Mais nous aurions pu trouver une façon de nous accrocher encore plus. » 

– Max Domi 


Il n’y a pas que du négatif dans ce revers. Le Canadien a livré un effort plus qu’honnête. Une seule présence aura finalement fait la différence. 

« C’était un match plutôt égal. On a connu un excellent départ. Puis, ils ont renversé la situation. Malgré la pression, on ne s’est pas écroulés. On s’est fait prendre avec des joueurs fatigués en prolongation. » 

– Brendan Gallagher 


Jake Virtanen a envoyé tout le monde en prolongation en déjouant Carey Price au-dessus de l’épaule gauche. Le gardien du Canadien avait partiellement fait l’arrêt. 

« Tu défies le tireur et tu essaies d’occuper le plus d’espace possible. La rondelle a tout de même trouvé une façon de rentrer. C’est un coup de malchance. » 

– Carey Price 


Le trio de Domi, Paul Byron et Jordan Weal a été le plus menaçant du côté du Canadien. Les trois attaquants ont utilisé leur vitesse pour appliquer beaucoup de pression. Ils ont marqué deux buts. 

« Notre rapidité est la clé. On était constamment sur le porteur de la rondelle, particulièrement sur leurs défenseurs. On a pu récupérer la rondelle et poursuivre notre pression en zone adverse. Ça nous a offert plusieurs occasions de marquer. » 

– Jordan Weal