/news/health
Navigation

Urgences-santé mise sur la prévention

TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS
Photo AFP Un employé fait circuler un robot équipé d’un désinfectant à Hangzhou, en Chine.

Coup d'oeil sur cet article

Des gants, des masques, des visières et des jaquettes: les ambulances d’Urgences-Santésont bien équipées et des mesures sont en place pour prévenir une éventuelle pandémie à Montréal.

« C’est important d’aviser la population. Il y a une situation, il y a des risques. Il faut être vigilant et prendre des précautions. Il ne faut pas être alarmiste ou vouloir créer une panique, mais il faut être sensibilisé au fait qu’il y a une possibilité de pandémie », souligne Stéphane Smith, porte-parole pour Urgences-santé. 

Au moins cinq cas suspects faisaient encore l’objet d’une enquête au Québec, mardi. 

Si aucun cas n’a été confirmé en sol québécois, des mesures sont déjà en place pour préparer et protéger les paramédics d’Urgences-santé, qui sont bien souvent les premiers répondants sur les lieux. 

Dès l’appel à l’urgence, les répartiteurs médicaux posent des questions pointilleuses à l’appelant, entre autres sur les symptômes et sur l’historique de voyages du malade, de façon à ce qu’ils puissent se préparer en conséquence.  

« Les paramédics sur les lieux sont aussi formés pour poser certaines questions à plus de deux mètres du patient, au lieu d’intervenir directement à son chevet. Donc, s’ils ont un doute, ils peuvent s’habiller avant », explique le porte-parole.  

Équipes spécialisées 

Puis les paramédics contactent le centre hospitalier vers lequel doit être amené le patient, pour les avertir et leur laisser le temps de préparer une salle.  

« S’il y a des cas spécifiques, on a des paramédics qui sont formés en soins avancés et des équipes spécialisées, qui peuvent intervenir dans des situations bien particulières. Pour nous, l’important, c’est d’être prêts pour la situation si elle arrive ici, au Québec », soutient Stéphane Smith.