/news/consumer
Navigation

Vague d’annulations auprès des agents de voyages

Coup d'oeil sur cet article

Des agents de voyage constatent que l’épidémie de coronavirus fait souffler un vent de panique sur des touristes québécois, plusieurs préférant annuler leur périple plutôt que de prendre l’avion.  

• À lire aussi: C’était écrit dans le ciel  

• À lire aussi: La peur bouscule les plans de plusieurs voyageurs 

« Ce matin [hier matin], on a eu une tonne de téléphones de gens qui ont réservé. Ils capotent et veulent savoir s’ils ont le droit d’annuler », disait Moscou Côté hier, président de l’Association des agents de voyages du Québec.      

Ces voyageurs réagissent au fait qu’une dizaine de villes du nord de l’Italie, une des destinations les plus prisées des Québécois, aient fermé les lieux publics vendredi pour contenir la maladie.      

L’Asie fait peur  

Déjà la semaine dernière, des agents spécialisés dans les destinations de l’Asie devaient gérer un fort volume d’annulations.      

« Environ 70 % des gens annulent leur voyage », que ce soit en Thaïlande, à Hong Kong ou ailleurs en Asie, estime Kim Vuong, de l’agence Asie Express.      

Or, la peur des clients ne se limite pas aux destinations réellement touchées, soulignent plusieurs agents.      

« Des gens nous appellent pour savoir si c’est sécuritaire d’aller dans les Bermudes. Euh, oui, c’est correct », s’exclame Emeline Cousineau, de Voyages Place Saint-Henri.      

« Ce n’est pas rationnel », abonde Vincent Boisvert, de l’agence de voyages alternative Les routes du monde.       

« Les gens ont peur de voyager, d’être confinés dans un avion avec d’autre monde », remarque-t‐il.      

Sans dire qu’il n’y a pas de risque, il avoue que certaines appréhensions relèvent du « grand n’importe quoi », rappelant que peu de personnes s’empêchent de voyager pour l’influenza.      

Son collègue Robert Bérubé s’apprête d’ailleurs à décoller pour l’Inde et le Vietnam cette semaine. « Les voyageurs expérimentés ne vont pas s’empêcher de partir », dit-il.     

Moment idéal  

« En fait, c’est le moment idéal pour visiter parce qu’il y a moins de gens, dit Patrick Gauthier, de l’agence Destination Asie. Moins de Chinois qui arrivent dans de gros autobus et envahissent les endroits touristiques. »     

« En ce moment, au Vietnam, c’est super agréable », abonde M. Boisvert.      

Le principal problème que doivent gérer les globe-trotteurs, c’est surtout les bouleversements dans les itinéraires de vols, en raison notamment des annulations d’Air China, s’entendent pour dire plusieurs conseillers.      

« Mais on arrive toujours à trouver [un vol de rechange] », assure Vincent Boisvert. Il s’agit d’ailleurs d’une des raisons qui font en sorte qu’il est plus fiable de faire affaire avec un agent que de réserver directement sur internet, souligne-t-il.      

Reste que bon nombre de clients préfèrent attendre avant de réserver leurs prochains billets d’avion ou chambre d’hôtel.      

« Plusieurs disent : “pour 20 $ de plus, donne-moi donc la chambre qui peut être annulée à la dernière minute” », illustre Moscou Côté.      


Un Québécois infecté par le coronavirus à bord du navire Diamond Princess amarré au Japon, Bernard Ménard, est sur la voie de la guérison. Sa fille a indiqué hier qu’il avait été testé négatif une première fois. Sa mère Diane Ménard est toujours traitée dans un hôpital japonais.  

Le décès d’une quatrième personne sur ce bateau a été rapporté hier par des médias.