/lifestyle/health
Navigation

Boire du lait pourrait favoriser le développement du cancer du sein

verre de lait dans une main.
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Boire ne serait-ce qu'un quart de tasse de lait par jour pourrait faire augmenterconsidérablement le risque de développer un cancer du sein, suggère une nouvelle étude américaine dévoilée mardi.

La recherche, menée à l'école de santé publique de l'Université Linda Loma, en Californie, a permis de suivre 52 795 femmes nord-américaines sur une période moyenne de7,9 années. Au cours de ce laps de temps, 1057 femmes ont développé un cancer du sein.

Les chercheurs ont observé une corrélation entre l'apparition de la maladie et la consommation de lait. «Consommer aussi peu qu'un quart ou un tiers de tasse de lait de vache par jour augmente le risque de développer un cancer du sein de 30 %. En buvant unverre par jour, le risque grimpe de 50 %, et pour celles qui en boivent deux à trois tasses par jour, le risque augmente de 70 à 80 %», a expliqué le principal auteur de l'étude, le Dr Gary E. Fraser, par communiqué.

Il est à noter que cette corrélation a été observée uniquement avec la consommation de lait de vache, qu'il soit entier ou écrémé. De leur côté, les produits laitiers comme le yogourt ou le fromage n'ont pu être associés au cancer du sein, constate-t-on dansl'étude.

Le risque de développer un cancer du sein chutait aussi chez les femmes qui avaient remplacé le lait de vache par des laits végétaux, comme le lait de soya.

L'étude a seulement permis d'établir une corrélation entre la consommation de lait et le cancer du sein, sans l'expliquer. Cependant, le Dr Fraser estime qu'il est possible que les hormones sexuelles contenues dans le lait puissent jouer un rôle dans ce phénomène,d'autant plus que le cancer du sein est reconnu pour réagir à certaines hormones.

Le médecin reconnaît que de nouvelles recherches devront être menées pour tenter de mieux comprendre le lien entre le lait et le cancer. Entre-temps, il estime que les femmes auraient intérêt à se tourner vers les laits végétaux.

Les Producteurs laitiers du Canada ont réagi, mercredi, en soulignant justement que l'étude ne permet pas de prouver un lien de causalité entre le lait et le cancer du sein. Selon l'organisation, d'autres études antérieures ont, quant à elle, permis de conclurequ'il n'y aurait pas de lien entre le cancer du sein et le lait.

Le cancer du sein est, de loin, le plus répandu chez les femmes. En 2019, environ 26 900 Canadiennes allaient recevoir un diagnostic de cancer du sein et environ 5000 allaient en mourir, estime la Société canadienne du cancer. Ces nombres représentent 25 %de tous les cancers diagnostiqués et 13 % des décès causés par toute forme de cancer chez les femmes.

L'étude a été publiée dans la publication spécialisée «International Journal of Epidemiology».