/news/health
Navigation

Coronavirus: 750 000 masques achetés en urgence

GEN-MASQUES-PHARMACIES
Capture d'écran, TVA Nouvelles Le docteur Karl Weiss, un microbiologiste à l’Hôpital général juif de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Quelque 750 000 masques chirurgicaux ont été achetés en urgence pour renflouer l’éventaire du réseau de la santé du Québec, avant que les réserves mondiales s’épuisent. 

• À lire aussi: Le coronavirus se propage à travers le monde, les États-Unis se tiennent prêts 

Un contrat de 207 000 $ a été accordé de gré à gré par SigmaSanté (un organisme spécialisé dans le regroupement d’achats en santé) pour acquérir de façon « urgente » des masques chirurgicaux auprès d’un fournisseur ontarien, vendredi dernier.

Urgence d’acheter

« Les établissements de la santé du Québec ainsi que les premiers répondants n’ont plus de stock. L’acquisition des masques doit se faire le plus rapidement possible sous peine de les perdre au profit d’un autre acheteur dans le monde », précise l’appel d’offres, publié par le Système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec. 

Questionnée à ce sujet, SigmaSanté a refusé de répondre au Journal et a redirigé les questions au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). À ce sujet, le ministère assure qu’il n’y a pas de pénurie de masques chirurgicaux au Québec. 

Or, en raison de la forte demande à l’échelle mondiale, SigmaSanté a procédé à cet achat pour constituer une réserve, dit le MSSS. 

« Il était préférable d’agir rapidement, plutôt que d’attendre que les réserves soient écoulées et risquer de se buter à une pénurie », écrit Marie-Claude Lacasse, la porte-parole de Santé et des Services sociaux. 

« La situation est très nébuleuse au niveau du ministère, déplore le Dr Karl Weiss, microbiologiste à l’Hôpital général juif de Montréal, un des quatre hôpitaux désignés pour les cas de coronavirus. On n’a pas de réponse précise. On nous dit : ‘‘oui, ça va aller’’. Je ne crois pas ça. » 

Gestion des stocks de N95

Par ailleurs, le masque de protection privilégié contre le coronavirus est plutôt le N95. Or, le ministère révèle que « la situation mondiale fait en sorte qu’il tend à devenir plus difficile de s’en procurer ». 

« Nous mettons diverses mesures en place pour que les stocks actuels soient gérés de façon optimale », écrit Mme Lacasse. 

Le MSSS a demandé des évaluations pour des solutions de rechange au masque N95, mais il est trop tôt pour savoir si le masque chirurgical sera utilisé en remplacement. Selon le Dr Weiss, le masque N95 est primordial pour protéger les employés. 

« La réserve de masques, on l’utilise de façon parcimonieuse. C’est la clé de voûte de la protection des travailleurs de la santé », assure-t-il.

Le ministère n’a pas de réserve stratégique de certains équipements (gants, jaquettes, visières). 

Le bilan du jour   

  • Décès dans le monde : 2800 
  • Cas confirmés dans le monde : 82 163 
  • Cas confirmés au Canada : 11   

Source : Johns Hopkins University