/sports/others
Navigation

Coronavirus: le virus freine nos athlètes

JAPAN-CHINA-HEALTH-VIRUS-OLY-2020-TOKYO
Photo d'archives, AFP Deux Japonais portant un masque pour se protéger du coronavirus sont photographiés devant le nouveau stade olympique de Tokyo, qui doit accueillir les Jeux olympiques d’été, dès le mois de juillet.

Coup d'oeil sur cet article

L’épidémie du coronavirus en Asie n’éloigne pas seulement les touristes. Kim Boutin et les patineurs de vitesse canadiens viennent de s’ajouter à des milliers d’athlètes qui ont dû changer leurs plans en raison d’une longue liste de compétitions annulées ou reportées sur le continent.

• À lire aussi: Séries mondiales de plongeon: les Chinois renoncent à Montréal

• À lire aussi: 2700 morts et 40 pays touchés: le nouveau coronavirus se propage dans le monde  

• À lire aussi: Un nouveau cas de Covid-19 en Ontario  

• À lire aussi: Coronavirus: les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo n’envisagent pas une annulation  

L’Union internationale de patinage (ISU) a annoncé hier qu’elle annule les championnats mondiaux de courte piste prévus à Séoul, du 13 au 15 mars, après que la Corée du Sud eut imposé la fermeture de l’amphithéâtre Mokdong. L’ISU étudie la possibilité de relocaliser ces championnats malgré des délais serrés et des endroits potentiels limités.

« La santé et la sécurité de nos athlètes et des membres du personnel sont prioritaires et seront au cœur de toute décision concernant la participation du Canada aux championnats du monde », a spécifié Patinage de vitesse Canada dans un communiqué.

COC : rien ne change

Les regards de la communauté sportive internationale se tournent aussi vers le Japon, où le comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo a indiqué cette semaine n’avoir jamais discuté d’annulation. Cette sortie est venue confronter l’opinion d’un des membres du Comité international olympique (CIO), le Montréalais Richard Pound, qui a prétendu mardi que le CIO disposait des trois prochains mois pour décider du sort des Jeux.

« À ce jour et sur la base de tous les renseignements scientifiques disponibles, tous nos plans demeurent les mêmes », indique le Comité olympique canadien (COC), qui n’accorde pas d’entrevue sur ce sujet.

« Le virus COVID-19 évolue rapidement sur la scène mondiale et nous mettrons à jour notre planification pour les Jeux [...] selon les besoins. À ce jour, nous n’avons aucune base reposant sur des faits pour spéculer [...] », précise le COC.

Le rugby écope

Qualifiée pour Tokyo, l’équipe canadienne féminine de rugby à sept joueuses a appris il y a deux semaines qu’elle devra oublier le sixième tournoi des Séries mondiales qui devait avoir lieu à Hong Kong en avril. L’événement a plutôt été repoussé au mois d’octobre.

« Ça faisait partie de notre saison de préparation. En même temps, le report a été annoncé assez en avance pour nous permettre d’ajuster notre entraînement. Oui, ce tournoi nous aurait servi [en prévision des JO], mais on s’adapte. Ça nous donne une plus longue séquence pour s’entraîner et travailler à autre chose. C’est la même chose pour toutes les équipes », nous dit la Québécoise Karen Paquin, l’un des piliers de l’équipe rouge et blanche qui avait terminé troisième aux Jeux de Rio en 2016.

Éliminer les foules

Plusieurs manifestations professionnelles et populaires ont été biffées du calendrier dans diverses régions asiatiques. Des initiatives similaires s’étendent maintenant à des matchs et autres événements en Europe, surtout en Italie, où il y a une propagation de l’épidémie.

« Pour nous, les joueuses, ce n’était pas tellement stressant, affirme Karen Paquin. Comme dans n’importe quel tournoi, on aurait probablement renforcé nos mesures d’hygiène, mais le raisonnement de reporter le tournoi s’explique surtout en raison des spectateurs. Si tu mettais 80 000 spectateurs dans un stade durant deux jours, ce serait comme donner le feu vert à la propagation du virus. »

Le retrait volontaire de l’équipe de Chine des Séries mondiales de plongeon à Montréal est survenu dans la foulée de l’annulation de l’épreuve qui devait avoir lieu à Pékin, du 7 au 9 mars. 

Les plongeurs canadiens, qui auraient dû s’envoler pour cette compétition au lendemain de celle de Montréal en fin de semaine, ont accueilli positivement cette décision pour des raisons de santé.

« Ils l’ont reçue comme une bonne nouvelle, surtout en une année olympique. Ça leur aurait créé de l’incertitude », rapporte Maëlle Dancause, porte-parole de Plongeon Canada.

Principaux événements annulés ou reportés en Asie

  • Grand Prix de F1 de Chine
  • Marathons de Tokyo, Pyongyang et Hong Kong
  • Tournoi de qualification olympique de soccer féminin déplacé de Wuhan à Sydney
  • Coupe du monde de ski alpin à Pékin
  • Congrès SportAccord à Pékin
  • Tour cycliste d’Hainan