/finance/business
Navigation

RONA en arrachera encore en 2020

Les ventes de Lowe's Canada ont reculé au quatrième trimestre

ARG-RONA-LOWES
Photo d'archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Les derniers mois ont été difficiles pour RONA et son propriétaire, Lowe’s, s’attend à ce que 2020 lui donne encore du fil à retordre.  

Au cours de la période de trois mois qui a pris fin le 31 janvier, la filiale canadienne de Lowe’s a connu une baisse des ventes de ses magasins ouverts depuis au moins un an.   

Or, pendant le même trimestre, son grand rival Home Depot a enregistré une hausse de ses ventes comparables au Canada.   

«Les activités canadiennes continueront d’atténuer le bénéfice d’exploitation global pendant l’année 2020», a prévenu mercredi le chef de la direction financière de Lowe’s, David Denton, au cours d’une téléconférence avec les analystes.   

Les difficultés des activités canadiennes contribuent au fait que Lowe’s prévoit un bénéfice par action ajusté de 6,45 à 6,65 $ US en 2020, ce qui est moins que la moyenne de 6,67 $ US attendue par les analystes.   

L’action recule à New York   

Les investisseurs n’ont pas apprécié: l’action de Lowe’s a perdu 4,4%, mercredi à la Bourse de New York.   

Dans l’espoir de corriger le tir, Lowe’s a récemment nommé l’Américain Tony Hurst pour prendre les commandes du siège canadien de Boucherville, en remplacement du Québécois Sylvain Prud’homme.   

Et mercredi, Lowe’s a annoncé l’arrivée de Chris West au poste de vice-président principal à la mise en marché pour le Canada. Ce gestionnaire d’expérience a travaillé pour Canadian Tire, Walmart Canada et une filiale britannique de Walmart. Jusqu’à tout récemment, il était en poste chez le géant allemand du détail Schwarz.   

Rappelons qu’en novembre, Lowe’s a annoncé la fermeture de 34 magasins au Canada, le licenciement de près de 100 salariés au siège de Boucherville et des charges de restructuration de plus de 305 M$.   

Il y a un an, Lowe’s avait inscrit une radiation de 1,2 G$ liée à son acquisition de RONA, conclue en 2016 pour 3,2 G$.