/opinion/columnists
Navigation

À la poubelle, Félix Leclerc!

Felix Leclerc
Photo d'archives Les censeurs sont d’une bêtise infinie!

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle a fait sursauter tous ceux qui n’ont pas complètement perdu la raison : dans une école du Mile End, à Montréal, on enseignait la chanson Les 100 000 façons de tuer un homme, de Félix Leclerc.

J’écris « enseignait », car on ne l’enseigne plus. À la suite de la plainte d’un parent se disant offusqué de la représentation qu’on y faisait des assistés sociaux, l’enseignant et la direction ont décidé de retirer la chanson du programme.

Mieux ! Pour en effacer jusqu’à la trace, les élèves ont dû arracher de leur Duo-Tang la page sur laquelle elle était écrite pour la mettre au recyclage ! À la poubelle, Félix ! À la poubelle !

Certains n’y verront qu’un fait divers exaspérant. Faux ! C’est un révélateur de l’immense bêtise de notre temps.

Chanson

Tout s’y trouve.

D’abord l’hypersensibilité d’un parent, qui veut censurer un texte qui l’indigne.

Ensuite la lâcheté de l’établissement, qui se couche devant le parent querelleur de peur de voir la controverse enfler et exploser. Le mécontentement d’un quidam pousse les autorités à plier le genou. Que faire devant de tels invertébrés ? On comprend par ailleurs les enseignants de se montrer méfiants envers la présence exagérée des parents dans leurs salles de classe.

Enfin l’inculture, qui se conjugue à l’esprit anachronique. Car traiter un classique de la chanson québécoise, qui évoque l’univers moral du vieux monde et de l’ancienne paysannerie canadienne-française, comme un vulgaire manifeste politique, c’est faire offense à la culture et la littérature.

Au nom de l’esprit de compromis, j’ai entendu de bons esprits proposer qu’on remplace cette chanson de Félix Leclerc par une autre.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Mais laquelle ?

Le tour de l’île ? J’entends déjà une néoféministe s’indigner que Félix y parle avec méfiance de la minijupe !

L’alouette en colère ? Cette fois, je vois bien quelqu’un s’indigner de la sympathie de Félix Leclerc pour l’indignation qui poussa certains jeunes à rejoindre le FLQ.

La nuit du 15 novembre ? Surtout pas ! Il y chante l’indépendance !

Attends-moi ti-gars ? Que nenni ! Il excite le populisme et l’antiparlementarisme en disant du mal des politiciens !

Il y a là tous les ingrédients qui rendent notre époque si indigeste. Le politiquement correct pousse notre société à la névrose.

Censure

D’ailleurs, cet événement n’a rien d’isolé. Me revient à l’esprit au moment d’écrire ces lignes une histoire qui s’est déroulée dans une école à Sorel en 2013, où une enseignante qui avait mis au programme L’hymne à l’amour d’Édith Piaf avait dû l’amputer de ses dernières lignes, parce qu’on y trouvait une évocation de Dieu réunissant ceux qui s’aiment !

Scandale, on parle de Dieu dans une chanson, deux ou trois athées militants seront vexés ! À ce compte-là, on ne pourra plus rien enseigner ni admirer.

Félix Leclerc est un classique de la culture québécoise. Il faut entrer dans son œuvre et non la mettre aux vidanges. Qu’il faille rappeler de telles évidences nous dit bien dans quel gouffre nous sommes tombés.