/misc
Navigation

Le lynchage un crime haineux: la loi Emmett Till franchit une étape

Le lynchage un crime haineux: la loi Emmett Till franchit une étape
Smithsonian National Museum of African American History and Culture

Coup d'oeil sur cet article

Certains sujets d’actualité secouent les historiens et contribuent à rappeler que les choses évoluent parfois lentement, trop lentement. 

Ainsi, le 26 février 2020 la chambre est enfin parvenue à appuyer un projet de loi qui fait du lynchage un crime haineux au fédéral. La première tentative documentée d’un semblable projet législatif remonte à 1900. Le sénat avait déjà appuyé ce projet l’an dernier et il devra maintenant être signé par le président. 

La chambre a souligné le caractère historique et symbolique du projet de loi en le baptisant le Emmett Till Antilynching Act. Si vous vous intéressez à l’histoire américaine et à la lutte pour la reconnaissance des droits civiques des Noirs, le nom de Till vous est peut-être déjà familier. 

En 1955, un peu avant que Rosa Parks n’entre elle aussi dans l’histoire en s’assoyant sur un siège réservé aux Blancs dans un autobus de Montgomery en Alabama, le meurtre brutal du jeune noir de 14 ans (roué de coups, mutilé et pendu) avait soulevé l’indignation et stimulé les activistes des droits civiques. 

Emmit Till avait défié les conventions et abordé une femme blanche dans une épicerie. Non seulement les assassins furent acquittés, mais on devait apprendre plus tard que le récit des événements par la jeune femme était partiellement faux, tout comme certains des témoignages lors du procès.  

Lors des funérailles du jeune Till, des milliers de personnes ont défilé devant la dépouille. La mère avait insisté pour qu'on expose le corps de son fils dan l'état danslequel il avait été retrouvé et pour qu'on laisse le couvercle du cercueil ouvert. Elle voulait que le monde puisse constater la barbarie et la violence des lynchages, tout en exposant les lacunes de la démocratie américaine. 

Que la loi porte de nom de Till tombe sous le sens. Ce qui étonne bien sûr, c’est qu’il ait fallu attendre aussi longtemps pour que le lynchage soit reconnu comme un crime fédéral. Si la portée symbolique de la mesure n’est pas négligeable, on ne peut que ressentir colère et frustration quand on pense qu’on a refusé de voter une telle loi à une époque où elle aurait été bien plus utile. 

Même en 2018 et 2020, ce sont les législateurs noirs du congrès qui ont été les initiateurs des lois votées au sénat et à la chambre. Il faut maintenant souhaiter que le président ne tardera pas à apposer sa signature lorsque la loi atterrira sur son bureau. À défaut de toujours bien comprendre la portée historique de ses gestes ou de ses paroles, Donald Trump pourrait au moins y voir une possibilité de se rapprocher de la communauté noire. 

Si la question vous intéresse, je vous redirige vers un article du New York Times qui traite du dossier. Vous cliquez ici

Si l'histoire d'Emmett Till a piqué votre curiosité, la Bibliothèque du congrès a regroupé beaucoup de documentation dans un dossier auquel vous accédez en cliquant ici,