/sports/hockey/canadien
Navigation

Encore une défaire du Canadien: la patience de Claude Julien s’effrite

Coup d'oeil sur cet article

La patience de Claude Julien s’effrite au même rythme que sa troupe perd des avances de deux buts. Jeudi soir, l’entraîneur du Canadien était à prendre avec des pincettes après cet autre écroulement en règle. 

• À lire aussi: La même histoire 

• À lire aussi: Un effondrement 

« On est capable de jouer 40 minutes, mais on n’est pas capable d’en jouer 60. Pourtant, on encourage les joueurs à jouer la troisième sur le bout des pieds et non sur les talons », a déclaré le Franco-Ontarien, au terme de ce 22e revers à domicile, un 16e en temps réglementaire. 

On peut le comprendre d’être un peu découragé. C’est la 10e fois de la campagne que ses troupiers perdent un match qu’ils menaient pourtant après deux périodes. 

Cela dit, dans le sport comme dans la vie, la confiance est souvent un ingrédient important dans la recette du succès. En raison des nombreux antécédents, il est clair que les Montréalais deviennent nerveux lorsque l’adversaire rétrécit l’écart. 

Ça ne semble toutefois pas être une excuse valable aux yeux de l’expérimenté pilote. 

« On ne peut pas jouer pour les joueurs. Un moment donné, la décision doit venir d’eux-mêmes. Ils doivent arrêter de dire qu’ils manquent de confiance et commencer à jouer de la bonne façon », a-t-il martelé. 

La situation de Price 

Encore une fois, le CH avait bien amorcé le match. Au cours des deux premiers vingt, il avait mis Alexandar Georgiev à l’épreuve à 25 occasions. D’ailleurs, Julien soutient que le manque d’opportunisme est un autre problème majeur. 

« Ç’aurait pu être 3 à 0 ou 4 à 0. On le répète. Sur les retours, il faut soulever la rondelle. Il faut provoquer ces choses et nous ne le faisons pas. C’est pour ça qu’on est frustré. » 

Parlant de frustration, Carey Price doit commencé en à avoir plein son masque. Le gardien a multiplié les arrêts avant que les Rangers n’inscrivent leurs quatre buts de la troisième. 

Même si Price en était à un 11e départ de suite, Julien refuse de croire qu’il peut ressentir de la fatigue. 

«Posez-moi des questions qui ont du sens. Il y a une journée de congé entre chaque match et il ne pratique pas le matin des matchs. Franchement! »