/entertainment/movies
Navigation

The Lodge entretient une angoisse tenace

Une scène du film The Lodge.
Photo courtoisie, SquareOne Entertainment Une scène du film The Lodge.

Coup d'oeil sur cet article

Certains films d’horreur s’appuient sur les flots d’hémoglobine et meurtres sanguinolents pour terrifier les cinéphiles. Mais d’autres préfèrent une approche plus subtile. Avec ses ambiances anxiogènes et oppressantes, The Lodge parvient à créer une réaction tout aussi viscérale et peut-être même plus durable. 

Quelques jours seuls avec leur nouvelle belle-mère ? Voilà un scénario qui ferait frissonner plusieurs enfants. Mais pour les jeunes Aiden et Mia, un séjour au chalet avec la nouvelle copine de leur père virera réellement au cauchemar alors que la nature les gardera isolés de la civilisation.

Car le trio réalisera très rapidement que les caprices de dame Nature sont le cadet de leurs soucis alors que des événements inexplicables viendront troubler la quiétude de la campagne dont ils sont prisonniers.

Surprises

Une prémisse qui semble familière ? Peut-être. Mais ne vous méprenez pas ; elle réserve néanmoins plusieurs surprises qui sont ici tues pour préserver le plaisir des cinéphiles.

Les connaisseurs habitués au travail des cinéastes Severin Fiala et Veronika Franz reconnaîtront ici le travail du duo autrichien, marqués au fer rouge par leur exceptionnel Goodnight Mommy en 2014. Si The Lodge n’est pas aussi abouti, il prouve à nouveau le talent du tandem pour les ambiances incongrues et troublantes.

Sans être terrifiante, cette nouvelle offrande (d’ailleurs tournée à Montréal en 2018) réussit à s’immiscer sournoisement chez les cinéphiles, les accablant d’un sentiment d’angoisse persistant qui ne s’estompera pas de sitôt, même après l’arrivée du générique final. Voilà un exploit que peu de films d’horreur peuvent se vanter d’avoir réussi.

Le hic ? Le rythme auquel l’intrigue se déploie met la patience des cinéphiles à rude épreuve durant le premier tiers du film. Heureusement, elle sera récompensée par l’arrivée d’une Riley Keough franchement efficace, la jeune actrice livrant ici une de ses meilleures performances en carrière. 


  • The Lodge ★★★
  • Un film de Severin Fiala et Veronika Franz
  • Avec Ridley Keough, Richard Armitage et Alicia Silverstone