/news/politics
Navigation

Une élue conservatrice dépose un projet de loi sur l’avortement

Une élue conservatrice dépose un projet de loi sur l’avortement
Capture d'écran | noscommunes.ca

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Une députée du Parti conservateur du Canada (PCC) tente une nouvelle fois de rouvrir le débat sur l'avortement en proposant cette fois d’interdire l'avortement sélectif selon le sexe.  

La députée conservatrice Cathay Wagantall a déposé mercredi aux Communes un projet de loi d'initiative parlementaire en ce sens.   

«Dans un pays qui cherche à favoriser l'égalité entre les hommes et les femmes, la pratique de l'utilisation de l'avortement pour la sélection du sexe doit être interdite», a fait savoir par communiqué l’élue de Yorkton-Melville, une circonscription de la Saskatchewan.   

«L'avortement sélectif en fonction du sexe est contraire à notre engagement pour l'égalité et doit être interdit en tant que pratique inacceptable», a-t-elle ajouté après avoir déposé son projet de loi C-233.   

Élue pour la première fois à la Chambre des communes en 2015, Cathay Wagantall avait déjà déposé un projet de loi d'initiative parlementaire pour rendre criminel le fait de blesser ou de causer la mort d’un enfant.   

L’organisme We Need a Law a salué la mesure législative qui rendrait illégale «la pratique d'un avortement lorsque la seule raison est le sexe de l'enfant à naître».   

«Le Canada est le seul pays démocratique au monde à ne pas avoir de loi sur l'avortement», a soutenu Tabitha Ewert, conseillère juridique de We Need a Law.   

Rappelons que toute la question de l'avortement est revenue souvent sur le tapis lors la dernière campagne électorale. Forcé d’expliquer sa position sur l’avortement, le chef conservateur Andrew Scheer a été placé sur la défensive à maintes reprises.   

M. Scheer, un fervent catholique, a martelé qu’il n’avait nullement l’intention à rouvrir le débat sur cette question bien qu’il soit, dans ses convictions personnelles, pro-vie.