/investigations
Navigation

Armes automatiques saisies en janvier à Kahnawake, François Legault avait raison

Les policiers effectuaient une banale vérification de routine sur un véhicule

On voit ici le butin saisi au mois de janvier, dans une voiture et une résidence, par les Peacekeepers de Kahnawake.
Photo courtoisie, Kahnawake Peacekeepers On voit ici le butin saisi au mois de janvier, dans une voiture et une résidence, par les Peacekeepers de Kahnawake.

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers ont saisi des armes de guerre automatiques il y a moins de deux mois à Kahnawake, au moment où le débat fait rage sur la présence ou non de ces fusils en territoire mohawk.  

• À lire aussi: Des AK-47 à Kahnawake 

Le 7 janvier au beau milieu de l’après-midi, les Peacekeepers ont intercepté un véhicule qui contenait des armes interdites et ont ensuite perquisitionné une résidence sur la réserve située sur la Rive-Sud.  

Ils ont notamment trouvé une mitrailleuse MP40, cette redoutable arme d’assaut développée pour l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale.  

Mercredi, le premier ministre François Legault avait affirmé que des « armes très dangereuses » se trouvaient sur la réserve et que, pour cette raison, la Sûreté du Québec ne pouvait prendre le risque d’utiliser la force pour intervenir près de la barricade érigée en soutien à la tribu de Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique.  

Si M. Legault a évoqué la présence de AK-47 à Kahnawake, les policiers mohawks ne font pas mention de ce type d’arme dans un communiqué relatif aux saisies.  

Ils expliquent toutefois avoir trouvé ce qui suit, en plus de la MP40 :    

  • une mitrailleuse lourde de calibre .50  
  • une arme semi-automatique TEC-9  
  • sept armes de poing    

Plusieurs munitions et quelques liasses d’argent comptant ont également été saisies, précisent les Peacekeepers.  

Demande d’excuses  

Trois hommes d’une cinquantaine d’années, dont un résident local, ont été arrêtés. Shawn Deer, Joseph Evrard et Ernest Clarke font face, depuis, à diverses accusations criminelles de possession d’armes interdites.  

Le véhicule avait été intercepté dans le cadre d’une banale vérification de routine, précisent les Peacekeepers.  

Malgré ces perquisitions récentes, le secrétaire de la nation mohawk de Kahnawake, Kenneth Deer, a dit hier que le premier ministre du Québec devrait s’excuser pour ses propos concernant la présence de fusils d’assaut sur la réserve.  

« Je crois qu’il devrait s’excuser [...]. Mais ses excuses devraient être accompagnées de gestes », a-t-il mentionné à un représentant du Journal.  

M. Deer, qui se présente plusieurs fois par jour devant les médias pour donner le pouls du barrage situé près du pont Honoré-Mercier, affirme que cette déclaration de M. Legault a créé un vent de solidarité dans la communauté.   

« Chaque fois qu’il y a quelque chose comme l’injonction [pour démanteler le blocus] ou la déclaration du premier ministre, il y a de plus en plus de gens de la communauté qui se joignent à nous », a précisé M. Deer.    

Éviter une commotion   

Le gouvernement a pour sa part délégué Ian Lafrenière, l’adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, pour préciser les propos tenus la veille par M. Legault.  

« Ce que [M. Legault] est venu dire, dans le fond, c’est qu’il a été briefé au niveau de la sécurité et on l’a informé que des personnes plus radicales avaient accès à des armes à feu », a expliqué à TVA Nouvelles M. Lafrenière, un ex-policier.   

Si le gouvernement ne souhaite pas d’intervention armée, « c’est parce qu’on sait qu’il y a certaines personnes qui ont accès à des armes et on ne voudrait pas créer une commotion », a-t-il ajouté.  

« L’autre message qu’on envoie aux Premières Nations, c’est qu’on ne veut pas rentrer de force », a fait savoir M. Lafrenière.  

– Avec Cédérick Caron, Éric Yvan Lemay et l’Agence QMI