/entertainment/shows
Navigation

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Après deux galas de lutte, du cirque et de grandes fresques théâtrales, c’était au tour de Mado et ses spectaculaires Drag Queens d’investir le Diamant avec une soirée de type cabaret divertissante et haute en couleur. 

Mado Lamotte et ses protégées, Rita Baga, Marla Deer, Gisèle Lullaby et Tracy Trash, accompagnées par quatre danseurs, se sont éclatées sur les planches du théâtre de Robert Lepage avec les Mado Follies. 

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

«Quessé qu’on fait icitte au Diamant? Des drags queens de Montréal? C’est parce qu’on est hot», a lancé Mado Lamotte se disant un peu nerveuse, après être entrée sur scène avec sa version de Cobacobana de Barry Manilow, modifiée pour l’occasion. 

«C’est les Mado, les Mado Follies, le show le plus chic du Diamant», chante-t-elle, pendant que deux danseuses descendent par les allées pour aller la rejoindre sur scène. 

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

Le Diamant, pour l’occasion, avait des allures de cabaret, avec une vingtaine de tables devant la scène. Le reste de la salle était dans sa configuration régulière avec des sièges. Les breuvages alcoolisés, pour l’occasion, étaient permis à l’intérieur. 

On retrouvait même quelques drag queens, légèrement exubérantes, dont Réglisse, parmi ce public de tous les âges. Une salle bien remplie, avec un public autant féminin que masculin, pour cette première de deux soirées, où les placiers portaient des boas colorés autour du cou.  

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

La grande Mado a donné un petit cours de drag queens 101, où elle a défini le terme en disant qu’il s’agissait de créatures qui dansent, qui chantent et qui «bitchent». 

Et la Mado nationale, qui s’est qualifiée de reine du Québec, a bien «bitché» et lancé quelques vulgarités. 

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

«Un numéro coquin, c’est une cochonne qui a de la classe, contrairement à Anne-Marie Losique», a-t-il lancé, pour présenter Marla Deer, qui est venue faire Les nuits d’une demoiselle de Colette Renard et ses paroles coquines. 

René et Nathalie 

Rita Baga a ensuite offert une bonne performance dans un numéro de personnification d’Adèle avec Hello et Rolling in the Deep. Une Rita à la voix grave, comme on a pu le constater à la fin de son numéro. 

«Il y a des beaux gars à Québec, mais pas dans la salle», a poursuivi Mado, qui a eu un gros coup de cœur pour le technicien de scène Christophe.  

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

Durant Sensualité d’Axelle Red, Tracy Trash a offert un bon numéro en compagnie de Sébastien, un employé du bar Le Drague qui s’est retrouvé sur scène. La grande Tracy s’est même dirigée vers lui, en marchant à quatre pattes sur le catwalk. 

Rita Baga a ensuite ramené à la vie les titres L’amour revient de guerre et Reste ami de Nathalie Simard, suivis d’une finale parfaitement délirante avec Tourne la page où Mado était René. 

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

Mado a débaptisé la rue Saint-Jean pour l’appeler le boulevard Saint-Jean, qualifiant Québec de région. Une Mado qui dit s’abaisser, parfois, au niveau du peuple. 

On a senti, la soirée prendre son envol, au retour de l’entracte, avec l’entraînante If you Could Read my Mind. On dirait qu’un petit arrêt au bar a comme décoincé le public qui s’est mis de la partie. 

Marla Deer a offert un amusant numéro de yodeling au son d’airs classiques connus. Au moment de l’heure de tombée, à 22 h 10, Gisèle Lullaby, la reine de Boucherville, portant une longue robe blanche, personnifiait Céline, de façon convaincante, au son de Pour que tu m’aimes encore et de l’incoulable Titanic

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

Une Céline, a précisé la très volubile Mado, qui s’habille de plus en plus en drag queen. 

Une promesse 

Tracy Trash a offert une Shania Twain assez ressemblante et qui a soulevé le public dans une robe et un manteau de style léopard. Rita Baga et quatre danseurs se sont ensuite exécutés au son de Tight du DJ Kaskade 

«Je promets de revenir dans un nouveau spectacle écrit par un grand metteur en scène québécois», a lancé Mado à Robert Lepage, qui assistait à la soirée, avant de faire son classique Mini-Fée, a cappella et à la Juliette Greco. 

[PHOTOS] Mado Lamotte et ses drags queens prennent possession du Diamant
Photo Didier Debusschère

Marla Deer, Gisèle Lullaby et Tracy Trash ont mis un terme aux Mado Follies avec un numéro avec beaucoup de jeu et réussi, inspiré de plusieurs références cinématographiques, avec des clins d’œil à Jurassic Park, James Bond, Rocky, Mission Impossible et la célèbre scène de jouissance dans le restaurant du film When Harry Met Sally

Mado a ensuite offert, pour le rappel, Love is in the Air, accompagnée par ses danseurs et ses drags queens. Le public s’est ensuite levé pour démontrer sa satisfaction à une soirée réussi et très divertissante.