/entertainment/movies
Navigation

[CRITIQUE] Premier film québécois de Netflix: Jusqu'au déclin, un thriller haletant

Jusqu'au déclin
Photo courtoisie, Netflix Une scène du suspense Jusqu’au déclin, premier long métrage du jeune cinéaste Patrice Laliberté.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le temps qu’on en parle, Jusqu’au déclin, le premier film québécois entièrement financé par Netflix, a été projeté vendredi soir en première mondiale aux Rendez-vous Québec Cinéma. Le verdict ? Un bon thriller nordique, haletant et angoissant, qui résonne fortement avec l’actualité.   

Campé dans le Québec d’aujourd’hui, Jusqu’au déclin met en scène un groupe de survivalistes qui se réunissent dans un camp isolé au milieu d’une forêt pour participer à une formation donnée par Alain (Réal Bossé), une sorte de gourou du survivalisme. L’objectif : apprendre à faire des provisions et à se défendre — bref, à survivre — en cas de crise économique, de catastrophe écologique ou d’épidémie mortelle. Le début du stage se déroulera dans la joie et la bonne humeur. Mais un accident tragique viendra semer la pagaille.   

En décidant il y a quelques années d’écrire un thriller sur une bande de survivalistes, le réalisateur Patrice Laliberté ne pouvait pas se douter que le long métrage sortirait à un moment où un nouveau virus se propage à travers le monde et une crise paralyse le réseau ferroviaire du pays. Il va sans dire que le contexte actuel rend le film encore plus percutant.   

Paysages nordiques  

Mais au-delà de ces liens troublants avec l’actualité, Jusqu’au déclin se révèle un vrai bon thriller comme on en voit peu au Québec. Certains éléments de l’intrigue peuvent paraître prévisibles, mais Patrice Laliberté compense ces lacunes scénaristiques avec une mise en scène rythmée qui s’appuie sur une bonne dose d’action, d’explosions et de cascades. La distribution est solide (mentions spéciales à Guillaume Laurin, Réal Bossé, Marie-Evelyne Lessard) et les paysages de l’hiver québécois sont beaux à couper le souffle.   

Tourné l’hiver dernier avec un budget d’environ 5 M$, Jusqu’au déclin suscitait beaucoup de curiosité parce qu’il s’agit du premier long métrage québécois à avoir été financé par Netflix. Ce film produit par la boîte québécoise Couronne Nord fait partie d’une entente controversée du gouvernement Trudeau avec Netflix en vertu de laquelle le géant américain s’est engagé à investir 500 M$ sur 5 ans en contenu original produit au Canada.     


Jusqu'au déclin

★★★1/2  

  • Un thriller de Patrice Laliberté.   
  • Avec Guillaume Laurin, Réal Bossé, Marie-Evelyne Lessard et Marc Beaupré.     

Jusqu’au déclin prendra l’affiche dans quelques salles à Montréal et à Québec le 13 mars, avant d’être mis en ligne sur Netflix partout dans le monde le 27 mars.