/finance
Navigation

Les profits reculent à la Banque Laurentienne

Les profits reculent à la Banque Laurentienne
Photo d'archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les profits de la Banque Laurentienne, qui a effectué l’an dernier un important virage numérique, ont reculé de 20% au premier trimestre de son exercice financier.  

Pour le trimestre clos à la fin janvier, l’institution financière basée à Montréal a rapporté un résultat net de 32,2 M$ ou 68 cents par action diluée, comparativement à 40,3 M$ ou 88 cents par action diluée, sur la même période, l’an dernier.  

Le revenu total a aussi reculé de 3,6 M$, ou 1%, pour se fixer à 238,7 M$ au premier trimestre. Il avait été de 242,3 M$ l’an dernier.  

«Nous sommes déçus des résultats financiers de ce trimestre et traitons cette équation tant du côté des revenus que des dépenses», a dit François Desjardins, président et chef de la direction de la Banque Laurentienne.  

«Toutefois, nous constatons une croissance continue dans les Services aux entreprises ainsi qu’un progrès vers la stabilisation de notre portefeuille de prêts aux particuliers, a-t-il ajouté. Les Marchés des capitaux ont connu un bon trimestre, particulièrement dans le secteur des revenus fixes et dans les activités sur les titres.»  

En 2019, la Banque Laurentienne a annoncé la fin des services au comptoir dans la majorité de ses 91 succursales.  

François Desjardins a souligné que la Banque Laurentienne a «achevé une partie importante de la transformation et nous commençons à constater de réels progrès dans les éléments fondamentaux, de la croissance dans notre bassin de clientèle et des avancements concrets dans l’amélioration de l’expérience client».