/sports/soccer/impact
Navigation

L’Impact perd son capitaine

La saison en MLS commence et Raitala est à l’écart pour deux à trois mois

GEN
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Jukka Raitala a subi une fracture au péroné droit.

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact dispute son premier match de la saison en MLS samedi après-midi au Stade olympique et il le fera sans son capitaine, Jukka Raitala.  

• À lire aussi: Une année de renouveau: Sous Thierry Henry, l'Impact change de visage  

• À lire aussi: Bruce Arena, ce vieux renard  

• À lire aussi: MLS: bon 25e anniversaire!

Celui-ci ratera les 8 à 12 prochaines semaines d’activités en raison d’une fracture au péroné droit. 

Cette blessure vient menacer sa participation à l’Euro à la fin du printemps et s’ajoute à celle d’un autre arrière central, Rudy Camacho (genou), qui sera absent pour encore au moins un mois. 

« Ça fait un petit moment qu’il nous arrive des petits trucs comme ça, il faut s’adapter et se battre avec nos armes », a philosophé Thierry Henry. 

« C’est plus compliqué parce qu’on joue à cinq arrières. La seule chose que je peux faire, c’est entraîner », a-t-il ajouté en refusant de dire si l’équipe avait lancé un appel à Bacary Sagna, qui habite toujours à Montréal. 

On peut se demander si Henry reviendra à une formation à quatre arrières ou s’il alignera Zachary Brault-Guillard, Joel Waterman, Rod Fanni, Luis Binks et Jorge Corrales.  

Un guerrier 

Raitala a été nommé capitaine de l’équipe la semaine dernière et plusieurs se sont demandé pourquoi. Disons simplement qu’il s’est blessé en tout début de match, mercredi, et qu’il a quitté la rencontre seulement à la mi-temps, jouant une quarantaine de minutes sur une jambe fracturée. 

« Je le voyais boiter, je lui ai demandé si ça allait, il a voulu continuer », a expliqué Henry, qui devrait au moins pouvoir compter sur le retour d’Orji Okwonkwo. 

Mais l’abnégation de Raitala n’est pas passée inaperçue chez ses coéquipiers. Zachary Brault-Guillard l’a louangé. 

« On ne sent pas toujours la douleur. Parfois, c’est seulement à la mi-temps qu’on la ressent. Il a tenu le coup, il a prouvé qu’il méritait amplement son capitanat. »  

Énergie 

L’adversaire de samedi, le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, disputera son tout premier match de la saison pendant que l’Impact en jouera un troisième et surtout un second cette semaine. 

« Les équipes qui commencent en Ligue des champions souffrent au début en MLS », a reconnu Henry. 

Shamit Shome a toutefois apporté une nuance importante en soulignant que l’équipe pourrait surfer sur son succès de mercredi contre Saprissa. 

« Bien sûr que c’est exigeant physiquement, mais le positivisme d’avancer à la prochaine ronde nous transporte, et je ne crois pas que la fatigue sera un réel facteur contre la Nouvelle-Angleterre. » 

Henry estime également que son équipe va se nourrir de l’énergie véhiculée par la foule. 

« C’est le premier match. En général, tu veux essayer de bien rentrer et de faire bonne impression avec le public. » 

Ressources 

L’Impact n’a pas offert un spectacle à tout casser mercredi en se concentrant sur son jeu défensif, mais Henry a tenu à dire que son équipe peut tout de même jouer vers l’avant. 

« Les gens oublient qu’on a marqué deux buts à Saprissa et on a pressé. Ils se sont adaptés à ce pressing. 

« Si on peut jouer d’une manière différente et si on peut avoir un peu plus le ballon, on le fera. » 

Tout le monde dans l’entourage de l’équipe a souligné la combativité et l’unité du groupe lors des deux premières rencontres, et c’est ce que Zachary Brault-Guillard a choisi de mettre en évidence. 

« On a prouvé contre Saprissa, qui est une très belle équipe de football, qu’on avait des ressources mentales, défensives et combatives. » 

 

Ligue des champions 

L’Impact ira au Honduras 

Le calendrier des quarts de finale de la Ligue des champions est maintenant connu et l’Impact recevra le club hondurien Olimpia au Stade olympique, le mardi 10 mars. 

Le match retour aura lieu à Tegucigalpa le mardi suivant, soit le 17 mars.  

« Je suis content d’affronter une autre équipe d’Amérique centrale, on sait à quoi s’attendre, ça sera une bataille », a indiqué Shamit Shome, qui a regardé le match ultime entre Olimpia et Seattle sur Internet. 

Impact 

Les qualités d’Amar Sejdic 

Thierry Henry a peut-être surpris plusieurs amateurs et observateurs en titularisant Amar Sejdic lors des deux matchs contre Saprissa, mais Shamit Shome n’est pas étonné. 

Il dit que même s’il y a une saine compétition entre Sejdic et lui, ils ne sont pas nécessairement dans la course pour le même poste. 

« J’espère que nous jouerons ensemble parce que nous sommes assez complémentaires. Je trouve aussi qu’il joue avec plus de confiance. »